Codeco: voici les décisions de ce vendredi 20 mai

Le comité de concertation (Codeco) a décidé la levée de nouvelles mesures sanitaires mais certaines restent en vigueur.

Codeco du 6 janvier 2022
Codeco du 6 janvier 2022 @BelgaImage

Ce vendredi 20 mai 2022, le comité de concertation (Codeco) se réunissait enfin, après de multiples reports. Contrairement aux autres fois, pas de réunion physique aujourd’hui, ni même de conférence de presse. Juste une confirmation des décisions prises par le gouvernement. Des modalités qui reflétaient le consensus qui régnait au sein de l’exécutif sur les assouplissements qui devaient être adoptés ou pas.

Le masque encore un peu moins imposé

La mesure la plus symbolique, c’est l’abandon de l’obligation du port du masque dans les transports en commun, et ce dès lundi. Il n’est plus que recommandé quand il n’est pas possible de respecter la distance de sécurité d’1,5 mètre. La Belgique suit ainsi d’autres pays voisins ayant adopté la même résolution. En France, c’est une réalité depuis lundi dernier. Au grand-duché de Luxembourg, la ministre de la Santé a annoncé hier le dépôt d’une adaptation de loi afin de faire de même d’ici début juin. Aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, le masque n’est déjà plus requis dans les transports publics. En Allemagne, l’obligation de le porter perdure.

Ailleurs, le port du masque sera néanmoins maintenu dans plusieurs circonstances. Ce sera le cas dans les hôpitaux et les pharmacies. Idem lors de visites chez un médecin, par exemple dans les salles d’attente. Les kinés, psychologues dentistes et maisons de repos n’auront au contraire plus qu’une recommandation. Autrement dit, ils pourront choisir s’ils imposent ou pas le masque.

Du PLF au baromètre: une mise en veille des mesures

Autre décision forte: la fin du formulaire de localisation du passager (PLF). Depuis mars dernier, il n’était déjà plus imposé pour les déplacements internes à l’UE ou vers un pays figurant dans la liste blanche de l’UE. Désormais, il disparaît totalement, qu’importe la destination. Petit bémol: il pourrait être réhabilité par la suite en cas de contexte épidémiologique défavorable. Par ailleurs, les voyages non-essentiels ne sont plus déconseillés. Les obligations de quarantaines, vaccinations et tests ne subsistent plus que pour les pays où circule un variant "inquiétant".

Quant au baromètre corona, il est "désactivé". Depuis début mars, il était en code jaune, autrement dit son niveau le plus bas et le moins contraignant en termes de mesures sanitaires. Il n’est toutefois pas définitivement supprimé.

Enfin, restait à aborder la question du Covid Safe Ticket (CST). Pas de nouvelle décision à ce sujet mais le ministre de la Santé sera chargé d’étudier la possibilité d’une réintroduction en cas de reprise épidémique. Il faudra notamment se pencher sur la conformité de cette mesure avec le cadre législatif.

Plusieurs médias comme LN24 ajoutent que pour le vaccin anti-Covid, une deuxième dose pourrait être de mise dès septembre prochain mais seulement pour une partie réduite de la population. Il sera notamment question des personnes âgées et de celles à risque.

Sur le même sujet
Plus d'actualité