Comment la Belgique traque les photos d’abus de mineurs

Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, a décidé d’allouer 186.000 euros à Child Focus pour intensifier sa lutte contre la pédopornographie en ligne.

pédocriminalité pédopornographie abus photos mineurs crime justice police Child Focus Vincent Van Quickenborne
Vincent Van Quickenborne@BELGAIMAGE

Pendant la période de confinement en 2020, leur nombre a triplé. Et l’année dernière, Child Focus a reçu un nombre record de 2.147 signalements d’images d’abus sexuels sur mineurs, via sa plateforme d’assistance stopchildporno.be.

"Nous constatons que le nombre de signalements d’abus sexuels d’enfants publiés sur internet est en augmentation, chaque année", a expliqué à Belga le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld). "Les services compétents font tout pour retirer ces images le plus rapidement possible et pour aider à identifier les victimes et les auteurs. Des outils numériques puissants comme Arachnid peuvent les aider énormément".

Arachnid : ce logiciel, développé au Canada, recherche automatiquement les images d’abus sexuels sur mineurs sur internet. L’outil est également capable d’effectuer un filtrage proactif des images sur les sites du darkweb, les forums et les groupes de discussion privés.

Il scanne des dizaines de milliers d’images potentiellement problématiques par seconde. Les images aboutissent dans le "Arachnid Orb", où elles sont analysées à travers le monde entier par des associations comme Child Focus.

Des milliards d’images passées au crible

Child Focus ne peut actuellement consacrer que quelques heures par semaine à screener le net, grâce au travail de huit conseillers spécialement formés. Voilà pourquoi le ministre de la Justice a décidé d’allouer 186.000 euros à Child Focus, a-t-il annoncé mardi lors d’une conférence de presse. Cette somme permettra à l’association d’intensifier sa lutte contre la publication d’images d’abus sexuels sur mineurs en ligne.

Si l’analyse montre que les images sont effectivement problématiques, Arachnid envoie alors une demande aux autorités compétentes du pays concerné pour qu’elles soient immédiatement mises hors ligne. En Belgique, il s’agit de la section i2-IRU (Internet Referral Unit) de la Police fédérale. Elle bloque immédiatement le site web ou d’autres canaux et met les images hors ligne, en coopération avec des fournisseurs et d’autres plateformes web.

Arachnid a déjà passé au crible 136 milliards d’images dans le monde et envoyé 11 millions de rapports aux fournisseurs de services électroniques en vue de leur retrait, depuis sa création.

Coopération essentielle

En outre, la plateforme travaille en étroite collaboration avec Interpol et Europol qui transmettent des informations utiles sur les auteurs et les victimes aux parquets compétents du monde entier. "La coopération internationale est essentielle pour gagner cette bataille. Plus d’analyses signifient non seulement plus de suppressions d’images d’abus, mais aussi plus de poursuites", a commenté Vincent Van Quickenborne (propos relayés par la DH).

La subvention permettra à Child Focus, à terme, de travailler à plein temps sur l’analyse de ces images. L’association estime qu’elle sera dorénavant en mesure d’examiner jusqu’à 430.000 images par an contre près de 63.000 actuellement.

(A.P., avec Belga)

Sur le même sujet
Plus d'actualité