Van Ranst ne veut pas de la fin du masque dans les transports en commun

Le Comité de concertation (Codeco) du 20 mai pourrait se pencher sur la fin du port du masque obligatoire dans les transports en commun. Le virologue Marc Van Ranst n’y est pas favorable.

Marc Van Ranst covid-19 épidémie Belgique transports commun masque
@BELGAIMAGE

Comme l’a annoncé mardi le porte-parole du Premier ministre Alexander De Croo, le prochain Comité de concertation (Codeco) sur les mesures sanitaires relatives au Covid-19 aura lieu le 20 mai. Et comme le préconisait lundi soir le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, ce Codeco pourrait entériner la fin du port du masque obligatoire dans les transports en commun.

L’éventuel abandon du baromètre corona (nous sommes actuellement en code jaune), évoqué il y a quelques semaines par le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, impliquerait en effet que toutes les mesures sanitaires restantes valsent au placard.

Interrogé par Het Laatste Nieuws,  le virologue flamand Marc Van Ranst s’est exprimé sur l’abandon du port du masque dans les transports publics. "Dans les trains, les valeurs de CO2 ne sont pas trop mauvaises. Dans les bus modernes, ce n’est pas trop grave. Dans les plus anciens, qui n’ont qu’une fenêtre de toit, les valeurs peuvent augmenter très rapidement", a expliqué le virologue.

"Les chiffres en général sont en baisse. Mais si vous regardez les hospitalisations, nous sommes dans des chiffres (138 par jour en moyenne, NDLR) qui correspondent à un code orange (65-149)", poursuivait le virologue, pour qui "l’épidémie de coronavirus est clairement sur le chemin du retour, tant en Belgique qu’à l’étranger. (…)Ceux qui considèrent cet aspect important diront qu’il est encore trop tôt pour laisser de côté le masque buccal".

"Je ne suis pas favorable à l’idée de tout laisser tomber à ce stade", concluait Marc Van Ranst auprès de HLN.

Sur le même sujet
Plus d'actualité