Les Belges sont-ils plus pauvres qu’avant?

Christine Mahy, du réseau wallon de lutte contre la pauvreté, réclame de l'aide plus ciblée pour les Belges en difficulté.

© BelgaImage

Faut-il encore aller plus loin dans l’aide à apporter aux ménages belges? C’est la question que notre confrère Maxime Binet a posé Christine Mahy, la secrétaire générale du réseau wallon de lutte contre la pauvreté, reçue ce matin dans l’émission " Il faut qu’on parle " sur DH Radio. " L’aide, il faut l’intensifier dans la durée et dans la quantité parce qu’on est dans une crise qui impacte directement le portefeuille des gens. Ils ont vraiment très difficile de boucler la fin du mois ", estime Christine Mahy, faisant notamment référence à la classe moyenne.

Une partie de la classe moyenne, dont les revenus du travail ne sont pas assez élevés" , précise-t-elle. " Il faut forcément dans une période de crise comme celle-ci, prolonger des aides et les intensifier. Il fallait d’ailleurs, de notre point de vue, les prolonger directement jusqu’à la fin de l’année parce que le fait de faire les choses par sursaut, ça met les gens dans l’insécurité. Les gens font des calculs, ils épuisent leurs réserves pour le moment, pour ceux qui avaient de l’épargne en tout cas, tout le monde n’en avait pas. "

De quoi ont besoin les Belges? " De l’aide directe financière sur les factures, qui soit plus importante que celle accordée aujourd’hui, qui soit si possible plus ciblée ", répond la secrétaire générale du réseau wallon de lutte contre la pauvreté.

Ce n’est pas facile de cibler quand on n’a pas les outils. Il faut des réponses structurelles aussi, durables ", poursuit Christine Mahy, pointant notamment les " logements passoires ".

Sur les chiffres de l’époque, datant d’avant la crise du Covid, selon lesquels 20% des ménages wallons et un enfant sur quatre étaient sous le seuil de la pauvreté… " Les statistiques européennes viennent de ressortir récemment, et elles sont sensiblement les mêmes, en sachant que toute une partie de population qui échappe: si vous êtes quelques euros au-dessus du seuil de pauvreté, vous n’apparaissez plus dans la statistique. Et aujourd’hui il y a énormément de gens qui sont touchés par cette pauvreté en étant plus considérés dans cette statistique-là. "

Sur le même sujet
Plus d'actualité