Où en est le RER? Voici ce qui coince

Le RER est bel et bien sur les rails. Mais plusieurs obstacles restent encore en travers de sa route. On fait le point.

RER à bruxelles
Le RER n’est pas mort, loin de là. © BelgaImage

Le chantier du RER doit être l’un des plus vieux projets lancés sur le sol belge, après la rénovation du Palais de Justice de Bruxelles. Imaginé dans les années 90, il devait être à l’origine finalisé en… 2002. Vingt ans plus tard, où en est-il?

Le RER, ça sert à quoi déjà?

Vu le nombre de chantiers sur le réseau ferroviaire proche de Bruxelles, tant au niveau des voiries que des gares, les navetteurs réguliers l’ont remarqué: le "Réseau express régional" est bel et bien sur les rails. Celui que l’on surnommait il y a encore deux ans le monstre du Loch Ness de la mobilité belge avance petit à petit. En janvier 2021, Georges Gilkinet a relancé la machine, toujours avec le même objectif: renforcer la connexion entre Bruxelles et et les villes situées à 30 km autour d’elle, en assurant deux trains par heure vers la capitale, la semaine et le samedi. "Aujourd’hui, nous sommes à 80 % de cet objectif en semaine", souligne le ministre fédéral de la mobilité. Cet objectif historique devrait être atteint pour 2028. Mais le ministre Ecolo voit même encore plus loin, avec un train toutes les 15 minutes en 2040. On n’y est pas encore…

Fin des travaux entre 2025 et… 2032

Avant d’atteindre cet objectif, de nombreux travaux sont encore à poursuivre et à entreprendre. Alors que la partie Nord du RER est considérée comme "achevée" au niveau des infrastructures – mais pas encore entièrement exploitée -, il y a du pain sur la planche au sud.

Commençons par le plus simple: la ligne reliant Bruxelles et Ottignies-Louvain-La-Neuve. Il faudra attendre 2025 pour que le passage à quatre voies devienne une réalité entre Watermael et Hoeilaart et mi 2026 entre La Hulpe et Ottignies, détaillait La Libre dans la dernière mise à jour du calendrier du projet que la SNCB préfère appeler " réseau S ". Le point d’orgue de ces travaux sera la rénovation de la gare d’Ottignies, dont la fin est prévue en 2029.

Pour l’autre ligne reliant Bruxelles et Nivelles, cela s’annonce plus chargé. La circulation des trains a déjà été interrompue durant les vacances de Pâques, et le sera encore les 14-15 mai, 10-11 septembre et 27-28 novembre afin d’avancer dans ces travaux conséquents. Deux nouveaux ponts ont été installés à Lillois, et la nouvelle gare de Nivelles vient d’être inaugurée ce mercredi.

gare de Nivelles

© BelgaImage

"C’est vrai que le chantier a été à l’arrêt pendant plusieurs années, mais on travaille désormais tronçon par tronçon", déclarait récemment à la RTBF Jessica Nibelle, porte-parole d’Infrabel. En Brabant wallon, le passage à quatre voix devrait être plus rapide. Le tronçon entre Waterloo et Braine-l’Alleud sera mis en service fin 2025, avec notamment l’inauguration de la nouvelle gare de Braine-l’Alliance. Celle de Uccle-Moensberg devrait être mise en service fin 2023, soit un an plus tôt que prévu. Entre Braine-l’Alleud et Nivelles, la mise à quatre voix est prévue pour 2029.

Pas de permis, pas de travaux

Sur cette ligne, c’est plutôt la partie flamande qui coince. La demande de permis pour la construction de deux voies supplémentaires entre Linkebeek et Rhode-Saint-Genèse n’a pas encore été introduite. En cause: de multiples imbroglios administratifs et des oppositions locales. Un obstacle de taille qui reporte la fin des travaux sur ce tronçon à fin 2031 "au plus tôt". En résumé, nous ne sommes pas près de voir le bout du tunnel. Le RER, projet qui aura près de quarante ans à ce moment-là, arrivera même après le RER du vélo, ces cinq routes cyclables reliant la Wallonie et Bruxelles, dont le premier corridor devrait voir le jour en 2023.

Sur le même sujet
Plus d'actualité