Un nouveau Codeco prévu en avril, vers un retour au code orange?

Alors que les indicateurs de l'épidémie étaient à la hausse ces dernières semaines, un nouveau Codeco devrait se réunir le 22 avril prochain. Avec un retour au code orange sur la table?

Un nouveau Codeco prévu en avril, vers un retour au code orange?
© Belga Image

Après plusieurs semaines d’insouciance sanitaire, la Belgique pourrait-elle repasser à une gestion plus sévère de l’épidémie?  Selon nos confrères du Soir, un nouveau Comité de concertation aurait lieu le 22 avril prochain. Si les autorités avaient annoncé qu’elles se réuniraient après les vacances de Pâques pour faire le point sur l’évolution de l’épidémie, aucune date précise n’avait encore été évoquée.

Alors que le royaume vit en code jaune depuis le 7 mars dernier, ce nouveau Codeco pourrait étudier la possibilité de repasser en code orange, selon le Soir. Il faut dire que la quasi-totalité des indicateurs de l’épidémie étaient à la hausse ces derniers jours. Les nouveaux cas diminuent désormais à nouveau (-8% ce jeudi 7 avril), mais la pression s’est alourdie sur le système des soins de santé. En cause: la remontée des cas Covid mais aussi des cas de grippe. Selon les derniers chiffres de Sciensano, on recense quelque 215 admissions quotidiennes pour Covid en moyenne à l’hôpital.  " Dans certains hôpitaux, cela devient compliqué ", reconnaissait Frank Vandenbroucke dans les colonnes du Morgen il y a quelques jours. Avant de préciser: " Ce n’est pas une raison pour repasser au code orange demain, mais il faut être prudent. Et si la situation se dégrade fortement, le code orange reviendrait sur la table ".

Même son de cloche du coté du GEMS dont les experts ont rendu la semaine dernière un dernier rapport au commissariat Corona, comme le rapporte le Morgen. A en croire nos confrères flamands, les membres du comité consultatif, qui se dissout le 8 avril, seraient inquiets. Ils préconiseraient ainsi d’envisager un retour au code orange. " Si la situation continue de la sorte ou empire, il faudra être cohérent ", ajoutait la présidente du GEMS Erika Vlieghe.

Nos confrères du Soir précisent toutefois que du coté du politique, rien ne filtre encore, hormis l’avis du ministre de la Santé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité