Karine Lalieux: "Voter pour le PTB, c’est voter pour du vent"

Interrogée sur DH Radio à propos de la baisse du PS dans les sondages, Karine Lalieux a porté une attaque virulente envers le PTB.

Karine Lalieux
Karine Lalieux. © BelgaImage

Selon le dernier sondage Ipsos-Le Soir-RTL-Het Laatste Nieuws-VTM publié vendredi dernier, le PS essuie une baisse sensible des intentions de vote en Wallonie et à Bruxelles.

S’il a perdu des plumes en Wallonie, le PS reste malgré tout le premier parti avec 22% des intentions de vote, devant le MR (20,4%) et le PTB (19,7%). C’est à Bruxelles que cela se complique puisque le PS est désormais le 4e parti de la capitale derrière Ecolo, le MR et… le PTB.

Face à cette progression du PTB, le parti socialiste a-t-il décidé de durcir le ton contre le parti d’extrême-gauche? C’est en tout cas ce qu’on pourrait croire au vu des déclarations de Karine Lalieux au micro de Maxime Binet ce mardi.

" Qu’ont-ils acquis comme droits pour les citoyens? Rien "

Ces sondages ne me réjouissent pas du tout, avoue l’une des figures de proue du PS à Bruxelles. C’est quand même un grand mystère que le PTB récolte autant d’intentions de vote. Le PTB existe depuis des dizaines d’années. Qu’est-ce qu’ils ont acquis comme droits pour les citoyens? Rien. Jamais ils n’ont pris leurs responsabilités, contrairement à nous. Ce n’est pas facile car on est dans un gouvernement avec la droite mais on se bat au quotidien et on met les mains dans le cambouis. Eux, ils sont sur un perchoir, ils font des vidéos, des pétitions et c’est très confortable. Ils ne font rien. Voter pour le PTB, c’est voter pour du vent car ils ne prendront jamais leurs responsabilités. "

En plus de pousser le PS à devoir regarder à sa gauche et non plus uniquement à sa droite, cela fragilise-t-il le PS par rapport à ses partenaires de centre-droit au sein de la Vivaldi? " Au contraire, cela nous conforte dans les valeurs que nous défendons depuis toujours: la solidarité, la lutte contre les injustices sociales et les inégalités. C’est pour cela que nous montons au gouvernement. C’est difficile avec six partis et avec la droite mais nous continuerons à nous battre car nous voulons que ce pays soit plus juste pour les citoyens ", ajoute la ministre des Pensions et de l’Intégration sociale.

Sur le même sujet
Plus d'actualité