Le nombre d’Ukrainiens à scolariser risque d’augmenter en Belgique

La Fédération Wallonie-Bruxelles, compétente en matière d'enseignement, s'attend à accueillir un grand nombre de mineurs ukrainiens dans ses écoles dans les jours et semaines à venir.

Une famille de réfugiés ukrainiens à Bruxelles
© Belga Image

Cent trente élèves (originaires d’Ukraine) sont inscrits à ce jour (dans une école de la FWB), mais cela devrait augmenter très vite et très très fort ", a commenté jeudi la ministre de l’Education, Caroline Désir (PS), en commission du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Interrogée par plusieurs députés, Mme Désir a rappelé que la moitié des réfugiés d’Ukraine déjà arrivés chez nous étaient mineurs d’âge, et donc en âge de scolarisation.

La ministre a eu ce jeudi une nouvelle réunion avec les pouvoirs organisateurs de l’enseignement, les syndicats et les autres acteurs de l’école pour évoquer cet accueil d’enfants ukrainiens en classes. " On doit se préparer à une arrivée plus massive et sur la durée ", a-t-elle ajouté.

Outre les besoins pédagogiques, ces enfants auront également besoin d’un soutien psychologique via les services PMS. Vu les épreuves liées à l’exil, nombre de ces jeunes seront en effet dans un état de détresse psychologique qui doit être pris en charge.

Face à des besoins qui s’annoncent importants, et alors qu’une pénurie d’enseignants sévit chez nous, Mme Désir a indiqué jeudi envisager d’embaucher des enseignants ukrainiens, également réfugiés chez nous, pour venir prêter main forte. Un groupe de travail spécifique a d’ailleurs été constitué à cet effet.

Selon des estimations des autorités fédérales, la Belgique pourrait accueillir quelque 200.000 réfugiés ukrainiens au total, dont 80.000 en Wallonie et à Bruxelles. Dix mille se sont déjà inscrits auprès de l’Office des Étrangers.

Sur le même sujet
Plus d'actualité