Lutte pour l’égalité: les titres-services, symbole des injustices envers les femmes

Dans un communiqué commun, FGTB, CSC et CGSLB veulent mettre l'accent sur les femmes travaillant dans le secteur des titres-services.

journée lutte droit femmes égalité hommes titres services aide ménagère femme de ménage belgique syndicats
@BELGAIMAGE

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, les syndicats se mobiliseront comme chaque année. Dans un communiqué commun, FGTB, CSC et CGSLB veulent mettre l’accent sur les femmes travaillant dans le secteur des titres-services. Ils organisent deux actions en ce sens le 8 mars à Mons et le 10 à Namur. " Lors de ces actions, des aide-ménagères témoigneront de leurs difficultés à vivre dignement avec de bas salaires et face à une inflation galopante ", clament les syndicats.

Depuis des mois, les aide-ménagères des titres-services font face à l’immobilisme de leurs employeurs dans le cadre des négociations sectorielles. Pourtant, ces négociations sont d’une importance cruciale pour ces travailleuses qui perçoivent des salaires très bas et largement insuffisants pour vivre dignement ", rappellent les trois syndicats.  " Le secteur des titres-services révèle à lui seul bon nombre d‘atteintes en matière de droits des femmes qui seront mises en avant ce mardi 8 mars: manque de reconnaissance, dénigrement de leur fonction, salaire de misère ce qui les oblige souvent à choisir entre se nourrir, se chauffer, s’octroyer des loisirs, se soigner etc. ", estiment-ils.

1.000 000 de foyers nettoyés par jour

Selon les syndicats, il s’agit du dernier secteur où aucun accord sectoriel n’a été conclu alors que " les besoins sont énormes au regard des salaires extrêmement faibles" . Les syndicats demandent donc une réforme fondamentale du secteur.  Dans un communiqué, InitiativES, la Fédération wallonne des entreprises d’insertion, déplore l’impasse des négociations sectorielles.

Aucune nouvelle date de négociation n’est prévue et c’est l’ensemble des entreprises et des travailleurs qui va en subir les répercussions. Cette attitude est le signe d’un réel manque de considération pour les aide-ménagères (150.000) qui prestent tous les jours dans près de 1.000.000 de foyers" , estime la fédération.

Sur le même sujet
Plus d'actualité