Rudi Vervoort: "Il faut mettre le CST en sommeil"

Invité sur DH Radio ce jeudi, Rudi Vervoort est revenu sur le passage en code orange du baromètre Covid.

Rudi vervoort
© BelgaImage

Le ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale est " heureux de pouvoir vivre ces moments de transition positive " alors que la Belgique passe en code orange ce vendredi 18 février. Ce code orange ne permet pas encore de laisser tomber le Covid Safe Ticket. Cette " mesure d’accompagnement mise en place dans bon nombre de pays " a-t-elle fait ses preuves? Pour Rudi Vervoort, ce n’est " peut-être pas l’élément parfait mais on a aussi cru au départ que le vaccin serait la clé pour le retour à la liberté, ce qui n’a pas été le cas même si le vaccin reste indispensable ".

Pour moi, le CST répond à une stratégie globale qui limitait la propagation du virus, limitait les risques et offrait un maintien d’activités moyennant des mesures d’accompagnement. "

Mais quand le mettre de côté? " Il faut mettre le CST en sommeil et j’espère que ce sommeil sera très long. Le passage en code jaune est proche. L’intention n’est certainement pas de prolonger ce Covid Safe Ticket, a affirmé le ministre-président. " Si la tendance à la diminution se poursuit et reste forte, le code jaune pourrait arriver aux environs de début mars. "

"On est encore loin d’une situation satisfaisante pour certains secteurs"

Mais malgré ce passage en code orange, voire peut-être bientôt en code jaune, " un certain nombre de secteurs vont continuer à avoir des difficultés ". " Le code jaune ne va rien changer directement pour les hôtels ou l’événementiel au point de vue économique. On est encore loin d’une situation satisfaisante. Donc, nous allons encore apporter une aide ", indique Rudi Vervoort.

Le ministre-président bruxellois va aider sa Région et souhaite que ce soit la dernière aide à apporter. Jusqu’ici, ces aides ont coûté plus d’un milliard d’euros à la Région de Bruxelles-Capitale.

" Ce qui m’énerve, c’est de lire ce qui s’est dit au gouvernement le lendemain dans la presse "

Enfin, Rudi Vervoort s’est exprimé sur le projet de plafond de l’indexation des loyers qui a été définitivement enterré à Bruxelles. " Sur ce dossier, on a d’une part le PS qui dit qu’on peut bloquer les loyers et de l’autre côté, MR-DéFi qui disent qu’on ne touche à rien, que c’est un tabou ", a détaillé le ministre-président. Il n’a pas hésité par ailleurs à montrer sa colère quant au comportement de certains de ses partenaires. " Ce qui m’énerve, c’est de lire ce qui s’est dit au gouvernement le lendemain dans la presse ", a-t-il fustigé ciblant le chef de groupe DéFi au parlement bruxellois, Emmanuel De Bock. " Ce n’est pas une manière de fonctionner dans la majorité. "

Sur le même sujet
Plus d'actualité