Un ancien directeur d’une maison de repos anversoise poursuivi par Orpea

Un ex-directeur d'une maison de repos anversoise, Park Lane, doit d'ici peu se présenter devant la justice. Il est poursuivi pour vol, fraude informatique et abus de confiance.

Un ancien directeur d’une maison de repos anversoise poursuivi par Orpea
Belga

Orpea Belgium, par ailleurs ciblé par des contrôles de l’inspection des soins flamande, a introduit la plainte, rapportent De Standaard et Gazet van Antwerpen jeudi.

Jelle L. était en poste depuis environ un an et demi, quand l’affaire a été révélée en 2021. Orpea Belgium, qui a intégré la maison de repos Park Lane, s’est constitué partie civile. " Après une enquête judiciaire, la chambre du conseil a décidé de renvoyer l’homme en question devant la justice. Il est accusé de vol, abus de confiance, fraude informatique et abus de personnes vulnérables. L’affaire sera entendue le mois prochain ", a confirmé le porte-parole du parquet d’Anvers, Kristof Aerts.

Volé à des résidents

Selon les informations des quotidiens flamands, il s’agit de sommes importantes " empruntées " ou " volées " à deux résidents. L’ex-directeur aurait utilisé la carte bancaire de l’un d’entre eux.

Cette affaire survient dans un contexte où le groupe français Orpea a été cloué au pilori après la publication d’un livre, " Les fossoyeurs ", dénonçant des maltraitances subies par des résidents de maisons de repos (Ephad) en France.  L’inspection des soins flamande (Vlaamse Zorginspectie) a mené, il y a deux semaines, sur une seule journée, des contrôles dans sept maisons de repos et de soins du groupe Orpea en Flandre. En Wallonie, des contrôles inopinés ont également été menés dans les 18 maisons de repos d’Orpea.

Sur le même sujet
Plus d'actualité