L’administration des doses booster du vaccin ralentie par Omicron

De nombreux malades ou positifs au Covid ne se sont pas présentés à leurs rendez-vous. La Wallonie se retrouve avec trop de doses décongelées.

La dose booster freinée à Omicron
(@Belga Image)

Quelque 150.000 doses de vaccin décongelées en janvier doivent impérativement être administrées cette semaine en Wallonie pour ne pas être jetées, a déclaré sur RTL Sabine Stordeur (taskforce vaccination). Le cabinet de la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, confirme la situation " malgré une gestion dynamique des stocks " : la vague Omicron a perturbé l’administration de la dose booster ces dernières semaines.

Certaines personnes ne se sont pas rendues à leur rendez-vous pour dose de rappel, indiquait-on des deux côtés. Cela peut notamment s’expliquer par les nombreuses contaminations qui ont été rapportées sur tout le pays.

Les 150.000 doses dont il est question, " on essaye de les utiliser dans les centres où il y a le plus de fréquentation " ainsi que pour la quatrième dose des personnes immunodéprimées, indique Mme Stordeur. " On évitera au maximum " d’éliminer les doses décongelées " mais nous n’irons pas au-delà de la date de péremption ", précise-t-elle. Une fois décongelées, les doses doivent être utilisées dans les 30 jours.

Ces 150.000 doses représentent 0,63% des 24 millions de doses de vaccin déjà administrées en Belgique, " c’est une perte maîtrisée ", relativise Mme Stordeur.

Sur le même sujet
Plus d'actualité