Covid-19: hausse des taxes inévitables pour les communes bruxelloises?

La crise a sérieusement attaqué les réserves des entités de la Région bruxelloise. Pour certaines, la seule solution est une hausse de l’IPP et/ou du PRI.

Taxes communales en hausse
Evere a augmenté ses taxes. (@Belga Image)

Gérer cette pandémie en Belgique n’a pas été une mince affaire pour nos élus, dans les gouvernements certes, mais aussi au niveau local. Les communes, dont certaines ont parfois du mal à boucler leurs budgets en temps normaux, ont dû puiser comme rarement dans leurs économies.

Aujourd’hui, la situation financière inquiète un peu partout. Comme le met en avant La Libre, pour les communes bruxelloises, c’est la catastrophe. Certaines n’ont même pas encore terminé leurs budgets prévisionnels pour cette année 2022, pourtant bien entamée.

Recettes diminuées, cadeaux à la population, hausses des dépenses sociales… L’impact moyen sur les dépenses communales bruxelloises en 2020 a été de 66€ par habitant, avec de grosses différences entre les entités. Dans certaines, on tourne autour de 140/150€, pour d’autres, c’est 17€. Pour le ministère bruxellois des Pouvoirs locaux, les communes sont " capables de faire face ", mais " la Région aura évidemment un soutien particulier à l’égard de celles qui rencontreraient plus de difficultés, comme cela a été le cas avec Berchem en décembre ".

Inévitables taxes ?

Dès lors, beaucoup des communes affichent un sévère déficit. Parmi les bourgmestres, on parle de " se serrer la ceinture ", voire même de toucher aux portefeuilles des citoyens.

Je suis convaincu que les communes bruxelloises n’auront pas d’autres choix que d’augmenter leurs taxes. Si ce n’est pas cette année, ce seront les suivantes. Car contrairement à l’État fédéral et aux Régions, nous ne sommes pas autorisés à présenter un déficit structurel " , a notamment déclaré Olivier Maingain (Défi), bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert.

Un choix que certaines entités ont déjà fait, comme Evere où l’impôt des personnes physiques est passé de 5,9 à 6,5% en 2021, et qui a augmenté les centimes additionnels au précompte immobilier en 2022, tout comme Jette ou Woluwe-Saint-Lambert.

Quelques autres, comme Etterbeek et Auderghem, ont affiché publiquement leur refus de toucher aux taxes. Mais ailleurs, on réfléchit et on hésite, comme à Bruxelles. " Je n’ai pas de volonté d’augmenter l’IPP et le PRI pour l’instant. 2022 va être une année de transition. On va attendre de voir ce qu’on fera en 2023 ", a commenté le bourgmestre Philippe Close.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité