Catherine Fonck: "Imposer la vaccination maintenant, ça n’a pas de sens"

Sur DH Radio, la députée cdH Catherine Fonck a livré son regard sur l'état du secteur des soins de santé et la gestion de la crise du Covid en Belgique.

Catherine Fonck
© BelgaImage

Maxime Binet recevait ce jeudi matin sur DH Radio la députée fédérale et cheffe de groupe (cdH) à la Chambre, Catherine Fonck. Médecin de formation, elle a dressé un bref bilan de l’état des hôpitaux et du secteur des soins de santé en général, deux ans après le début de la crise du coronavirus.

Les hôpitaux ont été très impactés, il a fallu réorganiser le secteur. À cause des pénuries de personnel notamment, absent à cause du Covid ou en burn out ", a rappelé Catherine Fonck, parlant d’une " tension très forte sur le personnel " et évoquant également l’" énorme difficulté " de la problématique du report des soins, décidé par les autorités. " Il y a des choses à revoir dans le secteur, notamment le financement. Une réforme est d’ailleurs annoncée par le ministre Vandenbroucke. Il faut surtout travailler sur la qualité, et non plus la quantité, des soins. Entre autres le temps accordé à chaque patient. La rémunération intellectuelle est bien moins valorisée qu’un acte chirurgical, par exemple ", a détaillé la députée.

Mais même avec une évolution du secteur et une revalorisation, y aura-t-il assez de personnel? Non, selon Catherine Fonck. " En pratique, les hôpitaux ne savent pas recruter. Il faut un plan d’attractivité pour le secteur ", a-t-elle déclaré. Un plan qui prendrait en compte la reconnaissance de la lourdeur du métier de soignant et les normes d’encadrement, le volet humain notamment, et qui adapterait donc les barèmes dans le domaine. " C’est dommage que Frank Vandenbroucke n’ait voulu corriger que ce dont on a parlé à la télé et la radio durant la crise Covid, à savoir les barèmes des soins intensifs, et pas les autres ", a ajouté la députée.

Quelle utilité pour le CST aujourd’hui?

Très critique sur la gestion de la pandémie en Belgique l’année dernière, Catherine Fonck regrette toujours " la façon dont le Codeco se passe ". " Ça donne une forme d’angoisse permanente. Il faut un virage, pour une gestion plus apaisée et plus efficace, avec plus d’agilité. On a un gouvernement qui réagit toujours très tard, en décalage ", a-t-elle déploré, avant d’aborder l’utilité du Covid Safe Ticket dans la situation épidémique actuelle.

Il n’y a pour le moment aucune évaluation à propos du CST, mais il faudrait le réévaluer ", a regretté le médecin. " Est-il encore utile? La question se pose ". D’ailleurs, si son parti, le cdH, se positionne plutôt en faveur de l’obligation vaccinale, Catherine Fonck trouve que le débat n’a plus trop de sens avec la situation actuelle, où le taux de vaccination est bon et où Omicron est très contagieux, même pour les gens vaccinés. " Imposer la vaccination maintenant, ça n’a pas de sens. Mais il faut y penser pour après, si on a un jour un variant plus fort et que le vaccin empêcherait sa transmission. " La situation épidémiologique actuelle nécessite une autre approche, individuelle, selon la députée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité