De Croo: "Ne pas laisser la société en proie à ceux qui crient plus fort"

Le Premier ministre belge a passé en revue les menaces qui pèsent sur la démocratie et voulu transmettre un message d'espoir aux jeunes.

Alexander De Croo au Palais Royal
Discours d’Alexander De Croo au Palais Royal de Bruxelles, le 31 janvier 2022 @BelgaImage

"Il est essentiel de ne pas laisser notre société en proie à ceux qui crient le plus fort, à ceux qui intimident les autres dans la rue ou en ligne, ou encore à ceux qui ne jurent que par la violence", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo, lundi, à l’occasion du discours du Roi aux autorités du pays.

"Nos valeurs démocratiques nous rendent plus forts"

Le chef du gouvernement a tenu à s’adresser "à tous ceux qui de l’extérieur veulent saper nos valeurs occidentales et notre démocratie: nous sommes plus forts".  Devant 40 élèves de dernière année du secondaire, invités à assister à l’évènement en présentiel, et des autorités du pays le suivant en visioconférence, le Premier ministre est revenu sur les menaces qui planent dans le monde entier sur les droits et libertés, à quelques années du bicentenaire de la Constitution belge, "un modèle de liberté et d’ouverture".

"Dans un monde agité règne toujours la trompeuse et insidieuse tentation de mettre au placard notre démocratie, sous prétexte qu’elle serait faible et hésitante. Mais ce sont précisément nos valeurs démocratiques qui nous rendent plus forts. Liberté et solidarité, participation et pluralisme. Ces valeurs sont les fondements d’une société où chacun compte, où tout le monde se respecte et où l’on s’associe pour trouver des idées plus percutantes", a souligné M. De Croo. Pour le chef du gouvernement, c’est pour cette raison qu’il est "essentiel de ne pas laisser notre société en proie à ceux qui crient le plus fort, à ceux qui intimident les autres dans la rue ou en ligne, ou encore à ceux qui ne jurent que par la violence".

De l’optimisme, malgré les difficultés

Alexander De Croo a également souhaité redonner de l’espoir aux jeunes face aux incertitudes du moment liées à la crise du coronavirus aux changements climatiques, à la révolution numérique, l’énergie, et les graves tensions aux frontières de l’Europe. Aux yeux du Premier ministre, l’heure est malgré tout à l’optimisme, "malgré la hauteur des défis qui se présentent".

L’espoir de pouvoir petit à petit tourner la page de la crise du coronavirus grâce au vaccin et à "l’élan de solidarité inouï" est présent. Le gouvernement a libéré plus d’un milliard d’euros pour protéger les citoyens les plus vulnérables face à la facture énergétique. Des pas de géant ont été faits dans la production d’énergie éolienne en mer du nord afin de fournir à toutes les familles belges de l’énergie verte à un prix très accessible d’ici 2030, selon lui.

Sur le même sujet
Plus d'actualité