Le magazine Wilfried, en difficulté, stoppe sa version néerlandophone

Son magazine sportif Eddy a connu le même sort. Le rédacteur en chef néerlandophone craint aussi pour la survie de la déclinaison francophone du magazine.

Le premier numéro du Wilfried néerlandophone
Le premier numéro du Wilfried néerlandophone @Capture d’écran Twitter

La version néerlandophone du magazine belge d’investigation Wilfried, lancée en octobre 2020, cesse sa parution après quatre numéros en raison de la santé financière difficile du média indépendant, ont annoncé mercredi ses fondateurs, François Brabant et Quentin Jardon, à leurs collaborateurs. Le magazine sportif Eddy, créé en septembre 2020, va lui aussi cesser de paraître. La coopérative propriétaire du magazine espère de cette façon se concentrer sur la survie de la version francophone Wilfried, un trimestriel publié pour la première fois en 2017. "Si on croit toujours en la pertinence de ces deux projets, on ne peut pas prendre le risque de les prolonger", a expliqué François Brabant dans les colonnes du Soir de jeudi.

La disparition d’un "ovni"

"C’est dommage, mais nous regardons quand même notre parcours avec une certaine fierté", déclare Pascal Verbeken, rédacteur en chef de l’édition néerlandophone. "En raison d’un manque de ressources financières, chaque numéro était comme ‘magique’. Nous avons toujours pu cacher à quel point notre budget de fonctionnement était extrêmement faible, une petite fraction des moyens dont disposent les autres magazines", a-t-il écrit dans un courriel adressé au personnel du magazine jeudi. Le magazine est d’ailleurs décrit par beaucoup comme un "ovni" dans le paysage médiatique flamand. "Ce groupe faisait son propre type de journalisme, plus lent que les journaux et autres magazines, avec aussi des interviews intéressantes, des dossiers solides et une grande attention à la photographie".

Toutefois, malgré des réactions enthousiastes, le nombre d’abonnés et les chiffres de vente sont restés en deçà des attentes avec 580 abonnés et 2.000 exemplaires vendus en librairie pour le dernier et quatrième numéro de "Wilfried NL". "Malheureusement, nous n’avions pratiquement pas de budget marketing", ajoute Pascal Verbeken. "Avec un cadre différent et plus large, nous aurions pu continuer. C’est dommage, car avec un peu plus de temps, nous aurions pu atteindre le seuil de rentabilité".

Le Wilfried francophone menacé?

Le rédacteur en chef de la version néerlandophone souligne par ailleurs qu’il n’y a pas de rancœur à l’égard des fondateurs de Wilfried. "Des choix ont été faits, comme on dit. Suffiront-ils à maintenir en vie le francophone Wilfried?", s’interroge-t-il. Selon des informations publiées par Le Soir et La Libre, Wilfried aurait besoin de près de 40.000 euros d’ici la mi-février et de 170.000 euros pour l’année 2022. L’équilibre est espéré pour la fin 2024.

Les créateurs du titre ont également exprimé leur volonté de poursuivre la parution du magazine francophone, avec un nouveau numéro attendu pour mars. "Le numéro de mars sortira, quoi qu’il en soit, parce que notre situation a toujours été périlleuse. Elle l’est juste de manière plus aiguë cette fois. On a toujours trouvé une solution, on s’en est toujours sortis", notent François Brabant et Quentin Jardon. La version francophone du magazine compte actuellement 1.800 abonnés et est diffusée à 5.000 exemplaires.

Sur le même sujet
Plus d'actualité