L’Open VLD veut "supprimer le Sénat tel qu’il existe aujourd’hui"

La présidente du Sénat, membre du même parti, clame qu'elle sera la dernière personne à le diriger, tout en rappelant les économies que cela rapporterait.

Stephanie D'Hose au Sénat
Stephanie D’Hose, lors de son arrivée au poste de présidente du Sénat, le 13 octobre 2020 @BelgaImage

Aux côtés de son président de parti de l’Open VLD, Egbert Lachaert, Stephanie D’Hose, présidente du Sénat l’assure dans les colonnes de la Libre Belgique samedi: "Je serai la dernière présidente du Sénat".

"Une économie qui serait immédiate"

"L’accord de gouvernement indique qu’il convient de chercher un futur pour cette assemblée. Comme l’Open VLD dispose de la présidence du Sénat, il est important de présenter un plan. Il faut supprimer le Sénat tel qu’il existe aujourd’hui. C’est notre vision depuis de nombreuses années", précise Egbert Lachaert.

Dès la fin du mois de février, Stephanie D’Hose souhaite mettre en place une commission sénatoriale distincte chargée de préparer ce plan. Derrière ce plan, Stephanie D’Hose évoque les économies à en retirer. "Au total, le budget annuel du Sénat s’élève à 40 millions d’euros. Un tiers de cette somme correspond à son coût politique (indemnités versées aux parlementaires, etc.). Donc, plus de 13 millions d’euros par an. Voilà une économie qui serait immédiate", conclut-elle.

Sur le même sujet
Plus d'actualité