De Croo "prêt à envisager" la vaccination obligatoire contre le Covid-19

Le Premier ministre affirme que cette mesure devrait être discutée au Parlement, tout en évoquant d'autres possibilités pour lutter contre l'épidémie.

Alexander De Croo au Parlement
Le Premier ministre Alexander De Croo à la Chambre des représentants à Bruxelles, le 23 décembre 2021 @BelgaImage

Ce lundi 27 décembre 2021, le Premier ministre Alexander De Croo a déclaré «envisager» la vaccination obligatoire pour lutter contre le Covid-19. Un virage à 180° puisqu’il affirmait il y a encore un mois qu’il s’agirait d’«une fausse bonne idée». Depuis, son discours a changé, comme l’atteste une longue interview accordée à De Zondag.

«Nous devons vacciner tout le monde»

Interrogé par le quotidien flamand, le Premier ministre explique le fil de son raisonnement: «On vaccine pour sa propre santé, mais aussi pour celle des autres. Je crois qu’il vaut mieux convaincre qu’imposer. Mais quand on voit que, dans les unités de soins intensifs, il y a cinq fois plus de personnes non vaccinées, on ne peut pas éviter la question. L’objectif est clair: nous devons vacciner tout le monde. Si la voie de la vaccination obligatoire peut y contribuer, je suis prêt à l’envisager. Attention: un gouvernement ne peut pas décider cela tout seul. Ce débat doit avoir lieu au Parlement».

Alexander De Croo décrit cela dit la vaccination obligatoire comme l’une des possibilités pour lutter contre l’épidémie. Parmi les autres mesures évoquées, il parle notamment de lits supplémentaires en soins intensifs. «Nos hôpitaux doivent être mieux à même de faire face aux pics. Les 2.000 lits de soins intensifs sont-ils suffisants? Peut-être pas. Deuxièmement, nous devons consacrer davantage d’efforts à la prévention continue, comme la ventilation. Troisièmement, nous devons renforcer nos centres de vaccination et de dépistage pour soulager les médecins généralistes. Et quatre: un baromètre, un système avec des seuils, doit apporter de la clarté. Ce sont quatre choses qui sont nécessaires à long terme», énumère-t-il. «Autrefois, le plan était: comment éviter les nouvelles vagues?», dit-il. «Aujourd’hui, cela devrait être: comment garder les vagues aussi plates que possible? […] Soyons réalistes, Omicron ne sera pas la dernière vague. Le virus va proliférer dans les années à venir. Il faut apprendre à vivre avec».

Proposer la vaccination obligatoire risque toutefois d’être un pari risqué pour le Premier ministre. Son parti, l’Open Vld, a justement déclaré ce lundi ne pas être en faveur de cette option en l’état, préférant l’idée d’un pass vaccinal. La création de lits supplémentaires en soins intensifs poserait aussi le problème de la pénurie de personnel soignant. Quant au baromètre, cette idée est proposée depuis 2020 par les experts, sans être approuvée par l’exécutif jusqu’à présent. La possibilité d’en créer un est cela dit de plus en plus populaire depuis début décembre. «À mon grand regret, cette proposition a échoué au Comité de concertation du 27 novembre 2020», a affirmé le ministre de la Santé Franck Vandenbroucke. «En vue de l’été, j’ai encore insisté plusieurs fois pour que l’on ait des seuils d’alerte suffisamment stricts et différenciés, mais politiquement c’était délicat».

Sur le même sujet
Plus d'actualité