Marius Gilbert, ému aux larmes: " La rupture de confiance avec le politique est totale " (vidéo)

L’épidémiologiste s’est montré très touché suite aux mesures prises lors du dernier Codeco, mercredi.

Marius Gilbert Codeco culture comité de concertation politique
L’épidémiologiste Marius Gilbert a critiqué les décisions prises par le Comité de concertation/ capture écran ©RTBF

Interrogé sur la RTBF, l’épidémiologiste a déploré la décision de fermer de larges pans du secteur culturel. Une mesure qui n’était même pas réclamée par les experts du GEMS, a pointé le scientifique de l’ULB. « Par rapport à Omicron, le GEMS avait fait des recommandations pour qu’on se tienne prêt au cas où la transmission remontait, mais les experts ne parlaient pas de mesures comme la fermeture culturelle actée hier ». « La rupture confiance (avec le politique), elle est totale et elle intervient à un moment où l’on en a le plus besoin! », a lâché Marius Gilbert, au bord des larmes.

(intervention à partir de la 2e minute)

« Je comprends la colère du secteur culturel car il y a vraiment une rupture de confiance par rapport à un contrat implicite qui est passé entre les citoyens et le gouvernement, qui est que les mesures qu’on va leur imposer soient nécessaires et proportionnées. (…) Or on se retrouve face à une mesure qui a toutes les apparences de l’arbitraire complet. Je ne suis pas étonné que l’on considère que l’on est face à un gouvernement maltraitant, qui ne joue plus son rôle et qui perd de semaine en semaine de sa légitimité dans la gestion opérationnelle de cette crise » a poursuivit le scientifique sur Matin Première. « Je pense qu’ils (les politiques, ndlr) ne se rendent pas compte que ce marchandage politique est occupé à avoir un effet délétère sur la cohésion sociale ».

Pour Marius Gilbert, il ne faudra pas s’étonner, avec de telles décisions, de voir bientôt le secteur culturel, le personnel soignant et « tous les secteurs qui se sentent maltraités » par le gouvernement défiler dans la rue « aux côtés de l’extrême droite », celle-ci ayant participé  -quand elle ne les a pas carrément organisées-  à plusieurs manifestations récentes à Bruxelles contre les mesures sanitaires.

Aux côtés de Marius Gilbert sur Matin Première, Charlotte Martin, infectiologue au CHU Saint-Pierre, a également exprimé son incompréhension et sa colère. « Cela fait deux ans que les politiques auraient pu apprendre à travailler avec les scientifiques mais, au contraire, ils s’en sont éloignés. Le politique fait la même chose que certains : se tourner vers l’anti-science », a-t-elle jugé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité