Codeco: quelles mesures le GEMS propose-t-il (vraiment)?

Le comité d'experts a rendu ses recommandations mais pour le Codeco de ce 22 décembre a priori, l'horeca s'en sortirait mieux que prévu.

Erika Vlieghe avec Frank Vandenbroucke
La présidente du GEMS Erika Vlieghe avec le ministre Frank Vandenbroucke, le 14 octobre 2020 à Anvers @BelgaImage

Dans la perspective du Comité de concertation de demain/mercredi 22 décembre, le groupe d’experts GEMS a préparé un nouvel avis. Cet avis contient un ensemble de mesures plus strictes pour ralentir la progression du variant Omicron. Mais ce mardi après-midi, le virologue Steven Van Gucht a tenu à rassurer un secteur qui aurait été a priori visé: l’horeca.

L’horeca impacté ou pas?

L’avis divulgué dans la presse préconiserait, entre autres, de relever l’heure de fermeture de la restauration à 20 heures, de diviser par deux la capacité des transports en commun, de rencontrer au maximum «deux à trois foyers» pendant les vacances, de passer si possible au télétravail complet et de regarder des matchs de football sans public. Mais comme le précise Steven Van Gucht sur VTM Nieuws, la première mesure, celle sur l’heure de fermeture de l’horeca, ne serait pas réellement demandée par le GEMS. «Les experts n’ont pas conseillé d’imposer une heure de fermeture moins tardive aux hôtels et à la restauration», assure-t-il. «Le risque est plus grand dans la sphère privée que dans le secteur de la restauration».

Ce mercredi 22 décembre, le comité de concertation examinera à nouveau les mesures sanitaires. Traditionnellement, le groupe d’experts GEMS formule un avis en amont du Comité de concertation. La fuite de ces conseils est tout aussi traditionnelle. Cette fois, les experts proposent un ensemble de mesures plus strictes qui, selon eux, devraient entrer en vigueur immédiatement pour alléger davantage la pression sur le système de santé.

L’impact de l’évolution du variant Omicron est également examiné de près. Un véritable verrouillage, comme aux Pays-Bas, n’est pas mentionné dans l’avis, mais des «mesures de type lockdown» ne sont pas exclues à l’avenir si les chiffres devaient à nouveau augmenter, semble-t-il.

«Le confinement me surprendrait, mais rien n’est exclu»

Le virologue Marc Van Ranst (KU Leuven) serait surpris qu’un nouveau confinement soit annoncé. Il dit cela dans la perspective d’un nouveau conseil GEMS et d’un comité de consultation. «Mais rien n’est exclu, tout est sur la table».

Van Ranst ne s’attend pas à ce que l’assouplissement soit annoncé mercredi. La situation, avec un variant Omicron en progression, est encore trop précaire pour cela. Un confinement comme aux Pays-Bas n’est pas exclu, selon le virologue, mais cela l’étonnerait. «La situation dans notre pays est légèrement meilleure qu’aux Pays-Bas. Nous sommes plus avancés en termes de nombre de rappels vaccinaux, et moins de lits ont été occupés en soins intensifs».

Sur le même sujet
Plus d'actualité