Variant Omicron: "La vaccination seule ne suffira pas" selon l’ECDC, qui appelle à une "action forte"

Le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies ne cache pas son inquiétude face à la progression du variant Omicron. L'Agence a relevé d'un cran son évaluation des risques pour le nouveau variant. En Belgique, au moins 90 cas ont été confirmés.

L'ECDC estime qu'une action «urgente» est nécessaire face au variant Omicron.
© Belga Image

Une «action forte» est «urgente» face à la progression rapide du variant Omicron car «la vaccination seule ne suffira pas», a mis en garde mercredi l’agence européenne chargée des épidémies. « Dans la situation actuelle, la vaccination seule ne nous permettra pas d’empêcher l’impact du variant Omicron, car il n’y a pas le temps pour combler les déficits de vaccination toujours existants », a déclaré la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), Andrea Ammon, dans une allocution vidéo.

L’agence sanitaire de l’Union européenne a également relevé d’un cran, à «très élevée», son évaluation des risques du nouveau variant pour la santé publique, en recommandant une série de mesures dont le retour au télétravail et une prudence accrue lors des célébrations et voyages de fin d’année. Selon elle, il est «très probable» que le nouveau variant provoque des hospitalisations et des décès en plus de ceux déjà prévus par les précédentes prévisions centrées sur le variant Delta, jusqu’ici dominant. Pour que le fardeau sur le système de santé reste «gérable», l’ECDC a de nouveau appelé à une «réintroduction rapide et à un renforcement» des mesures dites «non pharmaceutiques» contre le Covid, terme recouvrant les restrictions en général.

«Il est urgent qu’une action forte soit mise en place pour réduire la transmission, alléger le lourd fardeau sur les systèmes de santé et protéger les plus vulnérables au cours des prochains mois», ajoute l’agence, qui recouvre les 27 pays de l’UE, la Norvège et l’Islande. Le variant Omicron se propage «à un rythme que nous n’avons jamais vu avec aucun autre variant», avait déjà averti mardi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), appelant à utiliser tous les outils anti-Covid pour éviter que les systèmes de santé ne soient rapidement submergés à l’approche des fêtes de fin d’année. Pour l’ECDC, utiliser les masques, télétravailler, éviter la promiscuité dans les lieux et les transports publics, rester chez soi quand on est malade, ventiler et maintenir un haut niveau d’hygiène «restent une ». Pour les cas probables ou confirmés d’Omicron, le traçage doit également être une priorité, et les tests restent «un outil important» même quand les personnes sont vaccinées, de même que l’isolement des cas positifs au Covid-19.

Au moins 90 cas confirmés en Belgique 

Au moins 90 cas de contamination au variant Omicron du coronavirus ont été constatés en Belgique, selon les derniers chiffres du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Au total, 2.629 cas liés au variant Omicron  ont été enregistrés dans l’Espace économique européen. C’est la Norvège qui recense le plus de cas (1.498) mais ce pays reprend également dans ses statistiques les cas probables. Viennent ensuite le Danemark (310), la France (170) et l’Allemagne (102). La Belgique occupe la cinquième place, avec 90 cas.  Alors que les premiers cas de contaminations au variant Omicron  sur le Vieux-Continent étaient initialement liés à des voyages hors Europe, un nombre croissant de cas sont maintenant liés à des transmissions survenant en Europe, observe l’ECDC qui s’attend à ce que le variant Omicron  devienne probablement dominant au cours des deux premiers mois de 2022. Hors Europe, 7.521 cas confirmés ont été confirmés dans 53 pays. Au Royaume-Uni, le nouveau variant a fait un premier mort. Le variant Omicron a été découvert en Afrique du Sud à la fin du mois de novembre. Son impact sur l’évolution de la pandémie suscite des inquiétudes au niveau mondial.

Sur le même sujet
Plus d'actualité