Wallonie: comment gérer les risques d’inondations dans le futur

Le bureau suisse Stucky et l'ULiège, auxquels le gouvernement wallon a confié l'analyse de la gestion des voies hydrauliques lors des intempéries de la mi-juillet, ont présenté ce jeudi leur second rapport. S'appuyant sur le diagnostic déjà posé, ils formulent une série de recommandations, dont de nombreuses sont qualifiées d'urgentes, visant à mieux prévenir, anticiper et gérer le risque d'inondation en Wallonie dans le futur.

Inondations
BELGA

Parmi ces recommandations urgentes figure notamment l’instauration d’un cadre légal ou règlementaire pour la gestion et la sécurité de l’ensemble des barrages wallons, avec contrôle par une entité experte externe et référence à une autorité de tutelle.  Autre mesure urgente: l’optimisation du mode de gestion des barrages régionaux, avec comme cas-test le barrage d’Eupen.

Un arbitrage entre risque d’inondation et autres enjeux (étiage/sécheresse, eau potable, production d’énergie, etc.) doit être inclus dans cette analyse, estiment les experts. Ces derniers plaident également pour intégrer, dans la gestion des barrages, un plan d’alarme basé sur la vitesse de montée du plan d’eau et pour systématiser l’élaboration de plans d’alarme en cas d’inondation ou de fortes pluies et de ruissellement au niveau communal.

Prévisions météo et prévention

Ils appellent en outre à améliorer, de manière tout aussi urgente, la prise en compte des prévisions météorologiques pour la gestion des barrages ainsi que la coopération entre pays frontaliers via une base de données unique et une communication des alarmes. Cette mesure passe notamment par la prise en compte des alertes du système européen EFAS, poursuivent-ils.

Selon les consultants, il convient par ailleurs d’unifier l’acquisition des données hydrologiques en Wallonie, ce qui passe par la fusion des réseaux Aqualim et Wacondah afin de tendre vers un réseau métrologique unique tant au niveau des standards de calibration, que d’utilisation et de gestion des données.

En matière de prévention des crues, enfin, le bureau Stucky et l’ULiège préconisent l’instauration d’un cadre légal qui assurerait la prise en compte de la carte d’aléa inondation lors de la délivrance des permis d’urbanisme ainsi que l’adaptation des bâtiments menacés par les crues pour qu’ils résistent aux inondations.

Urgence

Toutes ces recommandations sont qualifiées d’urgentes et ont été validées par les entités régionales consultées. D’autres sont à planifier à court et moyen termes dans le cadre d’une planification stratégique, précisent encore les experts qui soulignent que certaines recommandations sont déjà en cours de réalisation, « au moins partiellement ».

« Il sera donné suite à ces recommandations rapidement », a de son côté assuré le ministre wallon du Climat, Philippe Henry. Une réunion avec les responsables du SPW Mobilité et Infrastructure devrait ainsi se tenir en début de semaine prochaine « afin d’identifier les actions les plus urgentes » avant « un élargissement progressif à l’ensemble des recommandations très précises et étayées », a-t-il conclu.

Sur le même sujet
Plus d'actualité