" Toujours trop tard ": experts et opposition critiquent les décisions du Codeco

Certains experts ont fait part de leur scepticisme vis-à-vis des dernières mesures décidées par le Comité de concertation. Du côté de l’opposition aussi, on grogne.

écoles covid-19 masque comité de concertation
©BELGAIMAGE

« Parfois, il faut être audacieux, a réagi Marc Van Ranst sur VTM Nieuws, à l’issue du Comité de concertation. Des masques buccaux dans les écoles dès l’âge de six ans et des compteurs de CO2 obligatoires dans les salles de classe : cela aurait pu être fait il y a un an. Alors le problème ne se serait pas posé dans les écoles ». « Vous ne pouvez pas ménager la chèvre et le chou », a continué le virologue flamand, pour qui les nouvelles mesures arrivent « toujours trop tard ».

Depuis plusieurs semaines, le Gems (le groupe d’experts qui conseille le gouvernement) plaide pour des mesures strictes, comme le port du masque à l’école primaire. Lors des deux précédents Codeco, il n’avait pas eu gain de cause. Ce vendredi, les autorités se sont finalement résolues à embrayer : le port du masque sera obligatoire dès 6 ans, dans les transports en commun, dans les magasins ou encore, dans les écoles. Celles-ci resteront ouvertes, au moins jusqu’au 20 décembre. À cette date, les maternelles et primaires fermeront boutique, avec quelques jours d’avance sur Noël. Une décision censée freiner la propagation du virus. Mais à 17 jours d’intervalle, la mesure a-t-elle beaucoup de sens?

« Le virus ne va pas attendre »

Non, répond le professeur de médecine générale Dirk Devroey (VUB), pour qui « on perd deux semaines ». « Pour le gouvernement, on dirait que le report des soins semble plus facile que le report des examens. On voit où sont les priorités, ce sont des choix politiques mais le fait de fermer dans deux semaines nous fait perdre deux semaines sur le virus. On constate que le gouvernement est en retard de deux semaines sur la circulation du virus. Je suis très étonné car les mesures annoncées ne me donnent pas l’impression qu’ils comprennent la gravité de la situation à l’hôpital, on aurait pu fermer les écoles temporairement dès maintenant pour stopper les nouveaux cas et ralentir la circulation du virus, je ne comprends pas pourquoi il faut attendre deux semaines, le virus ne va pas attendre », a expliqué Dirk Devroey à la DH.

Autre point d’attention, toujours concernant les écoles : la ventilation. Un détecteur de Co2 devra désormais être installé dans chaque classe, a annoncé Alexander De Croo. Une mesure là-aussi demandée de longue date par les experts, à l’image de ce qui est pratiqué depuis l’été dans l’horeca. « Enfin », a commenté dans l’opposition le président de Défi, François De Smet, pour qui ce nouveau Codeco était également « trop tardif ».

Sur Twitter, le CDH, la voix de sa cheffe de groupe Catherine Fonck, a déploré l’absence de mesures pour soutenir le personnel soignant. « Aucune mesure concrète de soutien aux soignants qui sont sous pression maximale et alors que 200 lits USI (soins intensifs) sont fermés par manque de personnel, ni pour la première ligne, ni pour les hôpitaux. C’est choquant », a-t-elle jugé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité