Le variant Omicron détecté chez un Belge n’ayant pas voyagé

Cette infection prouve que le variant se répand sur le territoire national. D'autres nouveaux cas pourraient être détectés dans les prochaines heures.

Homme masqué à Londres
Personne masquée pour se protéger du Covid-19 dans le métro londonien, le 30 novembre 2021 @BelgaImage

Ce mercredi 1er décembre, les virologues Marc Van Ranst et Emmanuel André ont fait savoir qu’une nouvelle infection au variant Omicron a été détectée en Belgique. Il s’agit du deuxième cas de ce genre dans notre pays. Mais contrairement à ce dernier, il ne s’agit pas d’une personne ayant voyagé en Afrique. Selon la VRT, cette personne a bel et bien attrapé le Covid-19 et ce variant en Belgique. Mais l’origine de cette contamination a manifestement pu être retracée.

Des symptômes bénins et encore beaucoup de questions

Selon la télévision flamande, cette personne aurait été infectée lors d’un contact avec une personne ayant voyagé à l’étranger. "Les circonstances exactes n’ont pas encore été étudiées", précise Marc Van Ranst. Cette deuxième contamination a en tout cas été détectée en Belgique francophone, sans plus de précision. Pour le moment, l’homme assure ne pas se sentir vraiment malade, n’ayant que des symptômes bénins. Emmanuel André ajoute pour sa part que le nombre total de cas de variant Omicron en Belgique pourrait grimper à 10 dans les prochaines heures

Il reste impossible à l’heure actuelle de savoir quel effet le variant Omicron aura sur le public sensible au coronavirus, notamment chez les personnes âgées. Ce lundi, le porte-parole interfédéral Covid-19 Yves Van Laethem estimait que ce nouveau venu pourrait représenter une bonne nouvelle si sa contagiosité lui permettait de supplanter le variant Delta tout en étant moins pathogène que ce dernier. Une position critiquée par Emmanuel André qui craint des raccourcis dignes du très polémique microbiologiste Didier Raoult. "Nous avons toujours envie de voir l’hypothèse positive alors que notre rôle, en tant que scientifiques, c’est aussi de rappeler qu’il y a d’autres hypothèses qui sont plus probables", confie-t-il à La Libre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité