Codeco : ce qui change pour les marchés de Noël

Le Comité de concertation a (pour l’instant) épargné les marchés de Noël. Voici les mesures d’applications, dès ce week-end.

marché de Noel codeco Plaisirs d'Hiver comité de concertation covid-19
©BELGAIMAGE

Pour leurs organisateurs comme pour les visiteurs, c’est le soulagement. Menacés, les marchés de Noël sont finalement maintenus, a décidé le Comité de concertation. Depuis la semaine passée, des critères stricts (CST avec masque, places assises pour consommer de la nourriture) encadraient les événements publics intérieurs.

Ce vendredi, le Codeco a ajouté deux conditions supplémentaires à la tenue des festivités hivernales. Premièrement, la fermeture des marchés est imposée à 23H, comme pour l’horeca. Pour certains événements, comme les Plaisirs d’Hiver, à Bruxelles, cela ne change rien. Il avait en effet déjà été décidé que le marché de Noël bruxellois, qui s’est justement ouvert ce vendredi midi, fermerait à 22 heures, soit une heure avant le couvre-feu imposé à l’horeca.

Même chose pour les mange-debout, limités à 4 ou 6 personnes. " Notre règlement est tout à fait adapté à ce qui a été annoncé ce midi ",  a ainsi confirmé la porte-parole du bourgmestre Wafaa Hamiche, à la DH. " Nous lançons bien le marché de Noël ce midi, avec Covid Safe Ticket pour consommer et masque obligatoire. Nous restons bien évidemment attentifs à l’évolution de la situation sanitaire ".

Une vingtaine d’annulations en Wallonie

Deuxième condition imposée aux organisateurs : le maintien d’une distance de 1,5 mètre entre chaque groupe de visiteurs, comme pour tout événement public à l’extérieur. Si les organisateurs ne respectent pas les règles de distanciation sociale, leur événement sera fermé.

Certaines localités n’ont toutefois pas attendu les décisions du Codeco pour annuler leurs marchés de Noël. En Wallonie, une vingtaine de communes ont d’ores et déjà jeté l’éponge. D’autres ont modifié leurs dispositifs. Comme à Durbuy, où le marché sera payant, afin de couvrir les frais causés par l’implémentation des mesures sanitaires.

Sur le même sujet
Plus d'actualité