Bug BruVax: des Bruxellois non-éligibles ont un rendez-vous pour une 3e dose

La plateforme a déjà fait polémique pour avoir révélé le statut vaccinal des Bruxellois. Là aussi, le problème n’est pas totalement résolu.

Inscription sur BruVax
Illustration d’une personne s’inscrivant sur BruVax pour une vaccination anti-Covid @BelgaImage

Certains Bruxellois non-éligibles parviennent à prendre rendez-vous pour une 3e injection d’un vaccin anti-Covid via la plateforme de réservation BruVax, rapporte mercredi La Capitale qui évoque une nouvelle faille dans ce système.

Un statut vaccinal encore devinable

Actuellement, seules les personnes de plus de 65 ans, les immunodéprimés et désormais le personnel de santé de première ligne ont droit à une dose de rappel. Un comité interministériel avec les ministres de la Santé (CSS) se tiendra samedi pour établir un planning. Le quotidien fait cependant état de plusieurs personnes qui ne sont pas encore éligibles à cette dose de rappel qui ont toutefois pu accéder à BruVax pour réserver une troisième dose. L’âge, le vaccin reçu, la date de la dernière dose ne semblent pas influer sur la possibilité d’entrer dans le système, relève le quotidien.

«Des changements ont été effectués dans BruVax. Ceux qui peuvent se faire vacciner ont la possibilité de choisir entre ‘première dose’ et ‘dose supplémentaire’. Ceux qui sont exclus, c’est parce qu’ils ne sont pas éligibles. Maintenant, il est impossible de déduire le statut vaccinal», affirme Fatima Boudjaoui, porte-parole de la Cocom, en référence à une précédente faille qui permettait de déduire le statut vaccinal des Bruxellois. Il est tout de même possible de déduire que si une personne de 30 ans n’a pas accès à BruVax, cela veut dire qu’elle est vaccinée, note cependant La Capitale.

La Cocom cherche toujours une explication à cette situation inhabituelle. «En mettant à jour le listing des personnes éligibles pour la dose booster, on a aussi ajouté les personnes vaccinées dans la phase 1a, y compris les personnes ayant reçu leur premier vaccin avant d’y avoir été invitées (NDLR : police, pompier et travailleurs sociaux)», précise Fatima Boudjaoui.

Sur le même sujet
Plus d'actualité