Objectif zéro mort sur les routes belges en 2050

Les ministres de la Mobilité ont présenté leur nouvelle stratégie commune, nommée "Go for Zero ».

Plan Go for Zero de la sécurité routière
Les ministres réunis pour présenter leur plan. (@Belga Image)

La Belgique, au travers de ses différents niveaux de pouvoir, a lancé officiellement mardi sa stratégie en termes de sécurité routière, qui vise zéro mort sur les routes d’ici 2050. Les ministres fédéral Georges Gilkinet et régionaux Valérie de Bue (Wallonie) et Lydia Peeters (Flandre) ont signé symboliquement mardi cet engagement « All for zero ». La ministre bruxelloise Elke Van den Brandt était représentée, étant prise par les travaux parlementaires.

A l’occasion des sixièmes États généraux de la sécurité routière, les gouvernements fédéral et régionaux lancent le premier plan interfédéral de la sécurité routière. Il s’agit en quelque sorte d’une synthèse des plans déjà pris par chaque gouvernement.

Le fédéral, la Wallonie, Bruxelles et la Flandre veulent qu’en 2050, plus personne ne soit tué dans un accident de la route et que le nombre de blessés graves ainsi que de comportements à risque diminue de 90%. Un objectif intermédiaire a également été fixé : une diminution de 50% des victimes et blessés graves, ainsi que des comportements à risque d’ici 2030.

Pour y arriver, chacun a préparé ses plans mais le but était également de définir un cadre commun. Tous et toutes s’accordent pour lutter contre les premières causes de mortalité sur la route: la vitesse excessive, la conduite sous influence de l’alcool, la distraction au volant et les récidivistes, a expliqué Georges Gilkinet.

Comment? En sensibilisant mais aussi en contrôlant davantage et en sanctionnant, de manière progressive et plus efficace, comme avec des formations ciblées. Le plan interfédéral met également l’accent sur les usagers actifs, essentiellement piétons et cyclistes, et l’utilisation de nouvelles technologies.

La collaboration se fera aussi dans le partage des données et l’échange de bonnes pratiques, a poursuivi Valérie de Bue, ministre wallonne de la Sécurité routière. L’objectif est notamment que police et hôpitaux partagent leurs données.

Une évaluation aura lieu tous les ans pour vérifier que les mesures amènent bien le pays vers l’objectif de 2050. Zéro mort en 2050 est un « objectif ambitieux », a reconnu Georges Gilkinet, « mais aussi vital ».

En 2019, dernière année pré-Covid (la pandémie ayant limité les déplacements), 644 personnes ont perdu la vie sur les routes belges.

Sur le même sujet
Plus d'actualité