Régularisation des sans-papiers: " soit il y a une faute politique, soit de l’amateurisme "

Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, critique fortement le retournement de veste de Sammy Mahdi face aux demandeurs d'asile.

Mehdi Kassou défend les sans-papiers
Mehdi Kassou. @ BelgaImage

L’invité du jour revient notamment sur les discussions qu’il a eues avec Sammy Mahdi, le Secrétaire d’État belge à l’Asile et à la Migration, à propos des grévistes de la faim. Pour Mehdi Kassou, l’homme politique n’a pas tenu ses promesses. « Il revient en arrière sur toute une série d’éléments qu’il avait clairement exprimés. Même si il y en avait peu, il y en avait suffisamment pour s’y accrocher. »

Lors de la grève de la faim, deux partis politiques avaient même menacé de « débrancher la prise », afin de trouver des solutions pour les grévistes. Trois mois plus tard, les refus des demandes d’asile se multiplient. « 90% d’entre elles ont été refusées, mais ce n’est pas la quantité qui est inquiétante, ce sont les dossiers envoyés qui étaient pourtant les meilleurs. On parle de personnes présentes depuis plus de 15 ans en Belgique, avec un travail, une situation familiale stable dont certains sont Belges. Ces gens-là reçoivent un avis négatif alors qu’ils rentrent dans les bons critères. »

Aujourd’hui, plusieurs personnes dont le Secrétaire d’Etat Sammy Mahdi, seront auditionnées à la Chambre pour cette affaire. « Soit il y a une faute politique dans le choix de Sammy Mahdi, soit de l’amateurisme ce qui est encore plus grave », déclare Mehdi Kassou. « Pour avoir eu l’occasion de participer à ces discussions sur la migration dans des espaces informels créés à cet effet, qui reposent uniquement sur la confiance, qui est désormais rompue. »

Sans trop de surprise, l’invité adresse son carton rouge à Sammy Mahdi. Il estime que le Secrétaire d’Etat établit la même fermeté que Théo Francken. Pour sa bonne note, Mehdi Kassou décide de la donner à François De Smet pour son courage politique.

« Mahdi a choisi l’enfermement comme acte politique »

Il est ensuite revenu sur le fait que le Secrétaire d’Etat prône l’ouverture de notre pays aux demandeurs d’asile avec un « retour accompagné » et une possibilité de formation lors du séjour en Belgique. Selon Mehdi Kassou, il joue sur les effets d’annonce: « Un demandeur d’asile a le droit de travailler au bout de 16 semaines. Ce n’est donc pas un geste d’ouverture mais bien un droit acquis. »

Les travailleurs de Fedasil ont d’ailleurs déjà été en grève et non pas pour une revalorisation salariale, mais bien car les conditions des demandeurs d’asile ne sont pas acceptables. « La première chose à faire lorsqu’on souhaite réellement parler d’intégration, c’est d’accueillir ces personnes décemment. »

Dans la note de Sammy Mahdi, un nouveau centre Fedasil devrait voir le jour à Steenokkerzeel, une bonne nouvelle? Pas selon Mehdi Kassou. « Non, c’est un centre fermé. Ce qu’il souhaite c’est un nouveau centre qui permet d’expulser plus de monde. Cela démontre l’acte politique qu’il a choisi, l’enfermement et le repli sur soi. »

Y est également évoqué le fameux code migratoire, dont on parle depuis de nombreuses années. Une avancée qu’attend de voir Mehdi Kassou. « Je ne crois que ce que je vois! C’est probablement un projet quelque part, en attendant il y a une réalité sur le terrain. Des mineurs sont à la rue, une agence nationale qui menace d’être en grève sur l’ensemble du pays, l’aide aux sans-abris qui est acculée car elle aide également les demandeurs d’asile. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité