Le GEMS préconise une série de mesures sanitaires supplémentaires

Le groupe d'experts évoque notamment des fermetures, un port du masque étendu et un télétravail obligatoire. Une série d'activités sont également visées et un renforcement du pass sanitaire non exclu.

Bruxelles au premier confinement
La Grand-Place de Bruxelles avec un homme masqué pendant le premier confinement, le 18 mai 2020 @BelgaImage

Les experts du Gems, qui conseillent le gouvernement sur les mesures sanitaires à mettre en place durant la crise sanitaire, plaident pour une nouvelle batterie de mesures plus sévères mais pas pour un reconfinement partiel, ressort-il de leur nouveau rapport cité dans Le Soir lundi.

Pas de confinement mais…

Ce document daté de dimanche soir, obtenu par le quotidien, comporte trois mesures phares: une nouvelle fermeture du secteur de la nuit et de toutes les activités les plus risquées où le masque et les distances de sécurité ne peuvent pas être respectés. Le Gems cite également les sports de contact à haut risque ou les loisirs estudiantins: pour ces activités intérieures, ouvertes au public, les experts proposent une «suspension» d’une période de 3 à 4 semaines. Ensuite, pour permettre la reprise, le pass sanitaire serait uniquement valable pour les personnes vaccinées ou pour celles qui ont contracté le virus récemment, avec en plus un test à l’entrée. Le GEMS suggère aussi de rendre le télétravail à nouveau obligatoire jusqu’aux vacances de Noël.

Enfin, les experts préconisent l’imposition du masque pour les enfants dès 9 ans (quatrième primaire) à l’école comme dans tous les lieux où le masque est obligatoire. Ils estiment que la transmission est aujourd’hui trop importante chez les plus jeunes, et que le masque peut aider à faire barrière.

Le retour formel de la «bulle» n’est pas à l’ordre du jour, mais les experts souhaitent que l’on diffuse largement le mot d’ordre d’une réduction de ses contacts, en incitant les Belges à côtoyer moins de cinq contacts rapprochés par jour.

Il faudra attendre le Comité de concertation de vendredi, et l’arbitrage politique, pour connaître les nouvelles restrictions qui s’imposeront à la population, rappelle Le Soir.

Sur le même sujet
Plus d'actualité