Vandenbroucke plaide pour plus de télétravail et moins de contacts

Il se dit inquiet des chiffres épidémiologiques actuels et demande à réagir en conséquence.

Vandenbroucke plaide pour plus de télétravail et moins de contacts
Le ministre de la Santé Frank Vandenbrouck lors d’une conférence de presse le 26 octobre 2021 @BelgaImage

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) estime que des mesures «urgentes» doivent être prises pour ralentir l’augmentation rapide des chiffres épidémiologiques. Dans l’émission radio De Morgen de la VRT, le ministre a plaidé pour plus de télétravail après les vacances d’automne et moins de contacts vendredi. 

«Un message décevant et difficile, mais nous devons y faire face»

Les chiffres du Covid-19 continuent d’augmenter et la pression sur les hôpitaux augmente. Ils soignent actuellement près de 1.900 patients touchés par le coronavirus et plus de 360 d’entre eux sont en soins intensifs. Cela faisait depuis juin qu’il n’y en avait pas eu autant. De ce fait, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke se montre inquiet. «Nous devons prendre des mesures urgentes maintenant», a déclaré le ministre socialiste dans The Morning. «Heureusement, il y a la vaccination, qui nous protège d’une catastrophe. Mais si cela continue, nous passerons le seuil critique des 500 personnes en réanimation. C’est grave. Il faut donc tout de suite mettre le frein».

Si cela dépendait seulement du ministre de la Santé, les gens devraient «vraiment s’organiser pour refaire du télétravail» après les vacances d’automne. «Si les entreprises veulent continuer à travailler, elles devraient passer au télétravail», déclare Vandenbroucke. Le ministre met également l’accent sur l’utilisation de masques buccaux lorsque cela est nécessaire et prône la réduction des contacts, «notamment pour les personnes un peu plus âgées et plus vulnérables». «Je sais que c’est un message décevant et difficile, mais nous devons y faire face», a-t-il déclaré.

Entre-temps, l’UZ Gent a annoncé qu’elle ne voulait plus réserver de lits en soins intensifs pour les patients atteints du Covid-19. Le ministre Vandenbroucke comprend peu cette attitude. «Je comprends la frustration dans les hôpitaux: c’est extrêmement dur. Mais la réaction à Gand n’offre aucune perspective, car les patients Covid viendront. Si vous ne réservez pas de lits, les patients Covid seront bientôt allongés dans les couloirs».

Vandenbroucke souligne également que les accords concernant la gratuité des lits ont été conclus par les hôpitaux eux-mêmes. «Les accords dont nous parlons ont été conclus par le secteur hospitalier lui-même. S’ils ne le font pas ensemble, le système s’effondrera. La réaction d’autres hôpitaux selon laquelle la déclaration de l’UZ Gent est plutôt peu collégiale est également correcte. Les hôpitaux réagiraient comme ils font à Gand maintenant, notre système s’effondrerait la semaine prochaine».

Sur le même sujet
Plus d'actualité