Onze perquisitions menées dans des casernes de la Défense et au domicile de militaires

Ces perquisitions visaient des militaires soupçonnés d'avoir un lien avec le milieu de l'extrême droite.

militaire extrême droite Belgique
©BELGAIMAGE

Onze perquisitions ont été menées, mercredi matin, par la police judiciaire fédérale de Charleroi au sein de trois casernes de la Défense et au sein de huit habitations privées de militaires, a indiqué le parquet fédéral confirmant une information de la RTBF et de la DH. Ces perquisitions ont pris fin et visent des militaires soupçonnés d’avoir un lien avec le milieu de l’extrême droite. Mais personne n’a été emmené pour audition, a précisé en fin de matinée le parquet fédéral.

Onze perquisitions ont eu lieu mercredi matin au sein de trois casernes et de huit habitations privées de militaires, a indiqué le parquet fédéral. « Ce sont des opérations qui ont pris fin et qui visent d’éventuels liens entre des militaires et le milieu de l’extrême droite », a-t-il indiqué.  « Les individus potentiellement impliqués sont soupçonnés d’avoir diffusé ou mis à la disposition du public des messages dans l’intention d’inciter à commettre une infraction liée au terrorisme », a détaillé le parquet fédéral, mercredi en fin de matinée. « Ce dossier se situe dans le cadre de milieux suspectés d’être liés à l’extrême droite ».

Les casernes de Florennes, Saint-Trond et Oud-Heverlee seraient les trois casernes visées par les perquisitions, ont annoncé la RTBF et la DH. Le parquet fédéral a tenu à souligner que cette action s’est déroulée en étroite et bonne collaboration avec la Défense.

Sur le même sujet
Plus d'actualité