Emmanuel André choqué par les propos du réalisateur de " Ceci n’est pas un complot " envers Marc Van Ranst

"Cela ressemble à un appel au meurtre" a réagi le microbiologiste après les propos de Bernard Crutzen sur les réseaux sociaux.

emmanuel andré marc van ranst ceci n'est pas un complot
©BELGAIMAGE

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’une des dernières déclarations de Marc Van Ranst n’est pas passée inaperçue. À l’issue du dernier Comité de concertation, le virologue avait jugé qu’il était " temps de convaincre les non-vaccinés d’une façon moins amicale ". Des propos qui, semble-t-il, ont eu le don d’énerver passablement Bernard Crutzen, le réalisateur du documentaire " Ceci n’est pas un complot ".

Sur Facebook, le réalisateur a rétorqué durement : " Je vais le dire ‘d’une façon moins amicale’ : Il est temps de faire taire ce terroriste ! ", a-t-il lâché, à propos de l’expert flamand.

" Pas acceptable "

" Si 18 mois de mesures recommandées par les experts n’atteignent pas leurs objectifs, si la vaccination de 80 % de la population en Flandre ne donne pas les résultats promis à nos amis du Nord, n’est-il pas temps de changer d’équipe ? Virons les Van Ranst, Vlieghe et consorts, il y a du monde sur le banc ", a continué Bernard Crutzen sur son mur. Pour justifier son usage du mot terroriste, il ajoute ce astérisque en bas de son post : " terroriste. Nom.masc. Du latin " terror ", la peur. Le terrorisme désigne l’usage de la violence par certaines organisations politiques pour atteindre leurs objectifs : contraindre une population à l’obéissance, médiatiser une cause, promouvoir une idéologie… "

Une publication qui fait bondir à son tour Emmanuel André microbiologiste à l’hôpital universitaire UZ Leuven. " Je suis extrêmement choqué de devoir lire ce qui se ressemble à un appel au meurtre envers un scientifique. Ce n’est pas acceptable " indique-t-il sur Twitter.

Ce post n’est pas un appel au meurtre, s’est ensuite défendu Bernard Crutzen. Il y a d’autres manières de faire taire quelqu’un : réclamer sa démission, dévoiler ses éventuels conflits d’intérêt, déposer plainte pour discrimination, etc. ".

Sur le même sujet
Plus d'actualité