Covid Safe Ticket en Wallonie : un report est-il à prévoir ?

Pour le délégué général du MR Mathieu Bihet, invité de DH Radio ce jeudi matin, il y a un risque que le Covid Safe Ticket n'entre pas en vigueur le 1er novembre en Wallonie.

covid safe ticket
© BelgaImage

Le Mouvement Réformateur, pourtant fermement opposé à toute forme de pass sanitaire, et notamment au Covid Safe Ticket dans la capitale, a finalement décidé d’adopter l’extension du CST en Wallonie ce mercredi soir. Comment expliquer ce double positionnement du parti libéral ? Existe-t-il finalement deux MR, un à Bruxelles et un en Wallonie? « Non, mais il y a deux parlements et deux textes qui sont différents », s’est justifié le délégué général du MR Mathieu Bihet au micro de Maxime Binet ce jeudi. « Les conditions ne sont pas les mêmes. Le texte wallon contient des cliquets qui permettent de sortir par arrêté gouvernemental du système CST quand certains critères épidémiologiques sont atteints », a poursuivi le libéral. « Le MR était très attentif aux conditions d’application de ce CST et ces critères épidémiologiques étaient une condition sine qua non pour nous. »

Mathieu Bihet a notamment pointé plusieurs différences entre les deux textes: le Covid Safe Ticket ne s’appliquera pas sur les terrasses en Wallonie, alors que c’est le cas dans la capitale. Le CST ne sera pas non plus appliqué en dessous de 16 ans en Wallonie, contrairement à Bruxelles, a-t-il encore souligné.

Par ailleurs, Mathieu Bihet a confirmé qu’il existait un risque que le CST n’entre pas en application dès le 1er novembre en Wallonie, car le texte est attaqué en justice par plusieurs associations de défense des droits humains. « Le dispositif de contrôle du CST est attaqué car il y a toute une série de questions qui sont posées notamment en termes de respect de la vie privée et de la protection des données », a détaillé le délégué général du MR.

Le libéral a ensuite réaffirmé le soutien du MR concernant l’accord budgétaire conclu la semaine dernière au fédéral: « C’est le PS qui remet en cause l’accord. Le MR, lui, est lui aligné dans cet accord et ne le remet pas en cause, même si on aurait toujours plus faire plus. »

Enfin, le délégué général a adressé son « carton rouge » à la FGTB et à certains partis de gauche qui ont « contesté » la décision de justice relative au blocage du viaduc d’Herstal par 17 manifestants. « La FGTB n’a pas respecté le code pénal. Elle a fait une entrave scandaleuse de la circulation, et aujourd’hui 17 militants de la FGTB sont condamnés en justice mais ils veulent encore contester cette décision », déplore Mathieu Bihet. « À un moment donné, il faut se conformer à une décision judiciaire. La liberté syndicale ne permet pas tout« .

Sur le même sujet
Plus d'actualité