Ce qui est bon pour la santé mentale des Bruxellois

Deux éléments favorisent le bien-être des Bruxellois, selon une étude de l’Université d’Anvers: les espaces verts et le contact avec les voisins.

bruxelles
© Unsplash

Quel est l’impact du cadre de vie bruxellois (pollution atmosphérique et sonore, environnement bâti et naturel) sur la santé mentale des Bruxellois? C’est à cette question que des scientifiques de l’Université d’Anvers, de Sciensano et de l’Institut de recherche sur la nature et les forêts, entre autres, ont voulu répondre. Pour le projet NAMED (NAture impact on MEntal health Distribution, ndlr.), ils ont combiné une enquête à grande échelle auprès des Bruxellois avec des entretiens sur place pour recueillir les différentes perceptions du cadre de vie et de sa qualité.

Réponse : la proximité des espaces verts et le contact social avec le voisinage sont bénéfiques pour le bien-être mental des Bruxellois. En revanche, la pollution de l’air et les embouteillages provoquent souvent une grande détresse mentale, indiquent lundi les résultats de cette étude.

« Les personnes qui ont le sentiment de faire partie d’une communauté, qui font l’expérience de la compréhension et du soutien mutuels, se sentent mieux dans leur peau« , explique la chercheuse Laura Lauwers pour l’illustrer l’un des principaux constats de l’étude. En outre, le trafic est un facteur déterminant. L’insécurité routière, la mauvaise qualité de l’air et la pollution sonore sont des éléments gênants qui ont un impact négatif.

Les environnements naturels, en revanche, offrent la possibilité d’échapper à l’agitation de la ville. Les entretiens montrent que les Bruxellois y attachent une grande importance. « Les espaces verts créent un équilibre mental. Même des parterres de fleurs ou une fontaine, ont déjà un effet positif« , explique Mme Lauwers.

Et après ?

Les recommandations des chercheurs sont claires: impliquer les citoyens dans l’aménagement urbain, donner la priorité aux quartiers défavorisés et, surtout, assurer la sécurité. Les autorités devraient investir dans des infrastructures prévoyant des espaces avec de l’eau et de la verdure, font-ils également savoir. Mais outre l’importance des grands espaces verts, un petit espace vert sécurisé ou social, tel qu’un compost de quartier près du domicile, a également un effet positif, indiquent encore les chercheurs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité