Le gouvernement parvient à un accord «XXL» sur le budget et d’autres dossiers

Outre le budget, des décisions ont été prises quant au marché du travail, à l'énergie et aux investissements publics.

Le gouvernement parvient à un accord «XXL» sur le budget et d’autres dossiers
Alexander De Croo le 26 août 2021 à Bruxelles lors d’une conférence de presse @BelgaImage

Le gouvernement fédéral a fini par parvenir à un accord sur le budget 2022 et plusieurs enjeux liés, fait savoir le Premier ministre Alexander De Croo ce mardi matin. Une entente qui clôt une «intense nuit de choc idéologique», fait savoir une source du PS à La Libre, la tension ayant été forte entre socialistes et libéraux. Une conférence de presse aura lieu à 11h pour exposer en détail ce qui s’est décidé mais plusieurs points majeurs de l’accord ont déjà été révélés.

Un déficit abaissé de 3,1% l’année prochaine

L’une des décisions majeures a été de prévoir une réduction du déficit public en plusieurs parties: une part fixe de 0,2%, et une variable de 0,3% dont 0,1% via de nouvelles initiatives. Autrement dit, cela engage la Belgique à faire en 2022 un effort combiné de 2,4 milliards d’euros et une amélioration du solde de 10 milliards. Des économies qui passeront notamment par des mesures fédérales: un plan contre la fraude sociale et fiscale, de nouvelles cotisations sociales pour les sportifs professionnels, une taxe sur les comptes titres, l’augmentation des accises sur le tabac, un reformatage de l’avantage fiscal des expatriés et des mesures de lutte contre l’incapacité du travail (concernant employés, employeurs, fonds d’assurance maladie et prescripteurs). Il est par contre question de supprimer la cotisation spéciale de sécurité sociale et le bonus logement fédéral sur les deuxièmes et troisièmes achats immobiliers.

«Le gouvernement fédéral s’est accordé sur une enveloppe de 1 milliard d’euros pour des investissements stratégiques supplémentaires», souligne à Belga le secrétaire d’État à la Relance Thomas Dermine. Cela s’ajoute aux 1,25 milliard d’euros de projets fédéraux contenus dans le Plan de relance européen (PRR) et aux 328 millions d’euros d’investissements complémentaires accordés en avril, pour un total de 14,5 milliards d’euros sur la période 2021-2024 d’investissements publics du fédéral. Cela représente environ 22% du montant total des investissements publics nécessaires pour satisfaire à un taux d’investissements publics de 3,5% du PIB, précise le secrétaire d’État.

Plusieurs décisions sur le marché du travail et de l’énergie

La marché du travail a par ailleurs été un des principaux sujets de discussion ces derniers jours. Le gouvernement vise désormais un taux d’emploi de 80% d’ici à 2030, avec des mesures d’accompagnement pour les travailleurs malades de longue durée. Ces derniers pourraient être sanctionnés d’une perte de revenu de 2,5% s’ils ne répondent pas à un questionnaire médical ou refusent une visite chez le médecin. Les PME seront exemptées de la nouvelle mesure qui supprime l’exigence de présenter un certificat médical pour un jour d’absence et ce jusqu’à trois jours par an, a par ailleurs expliqué à Radio 1 ce mardi la vice-Première ministre Petra De Sutter.

La restructuration de la semaine de travail sur quatre jours, qui a beaucoup fait parler ces jours-ci, a été validée (avec une limite journalière de 9h30 de travail) et elle est désormais renvoyée vers les partenaires sociaux, tout comme le droit à la déconnexion et l’enregistrement du temps de travail. Parmi les autres réformes prévues, on compte un plan de 12 actions pour les métiers en pénurie, la mise en place d’un droit individuel à la formation pour les salariés, une indemnité de licenciement pour la formation, etc.

Enfin, sur l’énergie, le tarif social est prolongé jusqu’au printemps 2022 pour soulager la hausse récente des prix (ce qui représente une aide pour environ un million de personnes), avec une somme supplémentaire de 80 euros en ce qui concerne les bénéficiaires du tarif social. Des mesures seront également mises en œuvre pour que les ménages gagnent environ 30-50€ de pouvoir d’achat mensuels et soient mieux protégés vis-à-vis des fournisseurs d’énergie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité