Guerre en Ukraine : la Russie a-t-elle tué 600 soldats ukrainiens dans une attaque?

Plusieurs sources présentes sur les lieux de l’attaque ont infirmé les déclarations russes.

Voici ce que les journalistes présents à Kramatorsk ont découvert
Kramatorsk @BELGAIMAGE

Ce dimanche, les services de renseignement russes ont annoncé avoir frappé la ville de Kramatorsk et tué 600 soldats ukrainiens. Cependant, de son côté, Kiev a rapidement démenti ces informations et a dénoncé une “propagande russe”. De plus en plus de sources différentes viennent appuyer cette version ukrainienne.

Tout d’abord, le maire de la ville ciblée, Oleksandr Honcharenko, avait affirmé que seules deux écoles avaient été endommagées ainsi que huit appartements et garages: “Il n’y avait pas de victimes”, avait-il ajouté.

Sur place, plusieurs journalistes présents ont abondé en ce sens.

Antti Kuronen, correspondant pour la chaîne nationale finlandaise Yle, a décrit la situation dans une série de tweets : “J’y suis et il est étrange que le bâtiment (une des écoles touchées, NdlR.) n’ait pas été fermé. Les habitants n’ont pas vu non plus d’ambulances. J’ai entendu les explosions la nuit dernière quand ce site a été touché mais il n’y a pas eu d’impact direct”, écrit-il. “Des contacts militaires ont visité le site ce matin et ont déclaré que l’école était vide. Un autre missile a aussi frappé des vieux garages. Je dois dire qu’à ce stade, je fais davantage confiance à mes propres observations et aux déclarations ukrainiennes qu’aux déclarations russes”, a-t-il communiqué.

 

Une équipe de CNN contredit également le rapport russe : “Il n’y a aucune activité inhabituelle dans et autour de Kramatorsk, y compris près de la morgue de la ville”, assure-t-on.

Enfin, plusieurs correspondants de l’agence de presse Reuters se sont rendus sur place et ont affirmé que les frappes avaient manqué leurs cibles. Des propos que corrobore le journaliste italien Daniele Raineri pour La Repubblica : “Les missiles ont fait de gros trous dans le sol et n’ont pas touché les bâtiments environnants. Les lieux sont vides”, a-t-il conclu.

Sur le même sujet
Plus d'actualité