Réforme du marché de l’électricité : les différentes mesures que propose la Commission européenne

Des mesures qui devraient rediriger 140 milliards d'euros vers les États membres.

Ursula von der Leyen ©BelgaImage
Ursula von der Leyen ©BelgaImage

Les mesures que proposera la Commission européenne, notamment pour capter des profits extraordinaires que tire le secteur énergétique de la crise, redirigeront 140 milliards d’euros vers les États membres, afin d’amortir directement le choc de la crise, a annoncé mercredi la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, dans son discours sur l’état de l’Union.

Elle évoquait ici le plafonnement des revenus des entreprises qui produisent de l’électricité à faible coût (nucléaire, éolien, etc.) et la revendent à des prix très élevés en raison des prix du marché. " Par les temps qui courent, il n’est pas bon de recevoir des bénéfices records extraordinaires en profitant de la guerre et sur le dos des consommateurs. Notre proposition permettra de réunir plus de 140 milliards d’euros pour les États membres afin d’amortir directement le choc, au profit de ceux qui en ont le plus besoin " , a exposé l’Allemande. Comme attendu, l’industrie énergétique fossile sera aussi mise à contribution.

Changer le marché de référence de l’énergie

L’exécutif devrait détailler ces mesures dans l’après-midi. La Commission va aussi agir pour changer le marché de réference de l’énergie, le TTF néerlandais, et en établir un plus représentatif, avant une réforme plus profonde du marché de l’électricité qui découplera l’influence du gaz sur le prix de l’électricité. Montrant en exemple les pays, comme ceux des Mers du Nord et Baltique, qui investissent dans l’éolien offshore, Ursula von der Leyen a également annoncé la création d’une Banque européenne de l’hydrogène, énergie du futur. Cet organe devrait garantir les achats d’hydrogène par le recours au Fonds d’innovation, en investissant 3 milliards d’euros dans ce marché d’avenir.

Sur le même sujet
Plus d'actualité