Variole du singe: des centaines de personnes partent à l’étranger pour se faire vacciner

Ils ont fait des kilomètres et traversé des frontières: la campagne de vaccination contre la variole du singe a pris un tour inattendu en Europe où des centaines de personnes partent à l'étranger en quête d'une dose, faute d'accès rapide au vaccin dans leur pays.

vaccination variole du singe
©Belga

En France, " des Belges, des Suisses, des Italiens ou encore des Espagnols " ont ainsi pu se faire vacciner contre la variole du singe, indique à l’AFP la Direction générale de la Santé.

A Paris, des " touristes étrangers ont profité de leur voyage pour se faire vacciner ", explique Checkpoint Paris, un centre de santé sexuelle. Mais le phénomène concerne principalement les régions frontalières.

Dans le nord de la France, à Lille, les sites de vaccination ont ainsi vu arriver en plein été de nombreux Belges. " En proportion, on a dû vacciner 30 à 40% de Belges" , évalue Virginie Ceyssac, pharmacienne à l’Aprium, l’une des cinq officines expérimentant la vaccination en pharmacie en France.

La Belgique, qui ne dispose actuellement que de 3.000 doses, ne vaccine qu’un public très restreint: travailleurs du sexe homosexuels ou transgenres, hommes homosexuels ayant eu deux IST (infections sexuellement transmissibles) dans l’année écoulée ou ayant le VIH, et de rares cas contact.

Une maladie très douloureuse

Face à cette situation, des Belges exclus de ces catégories mais appartenant à des publics considérés comme à risque ont décidé d’aller en France. Car la maladie, si elle est rarement mortelle, est souvent très douloureuse et les malades doivent se mettre jusqu’à trois semaines à l’isolement total.

" Grâce au bouche-à-oreille, on a su qu’il était possible de se faire vacciner en France en étant Belge. Et comme la frontière n’est pas si loin, les gens ont commencé à aller à Lille ou dans des villages proches de la frontière ", rapporte Samy Soussi, de l’association bruxelloise de lutte contre le VIH Ex Aequo.

La structure belge a contacté le centre de vaccination de Lille, qui tenait le samedi 6 août une " opération coup de poing ", afin d’organiser la venue de Belges grâce à du covoiturage.
" On était 444 Belges à se faire vacciner ce matin-là ", raconte Samy Soussi, qui décrit un accueil " très chaleureux " de la part des soignants français. Sur cette journée de vaccination, environ 90% des personnes vaccinées venaient de Belgique, précise à l’AFP la mairie de Lille.

" plusieurs centaines " de Belges vaccinés

L’agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France parle, elle, de " plusieurs centaines " de Belges vaccinés depuis le début de la campagne en raison des principes " de solidarité européenne " et d’enjeux de santé publique –les Français du Nord " fréquentent les mêmes événements festifs " que le public belge.

L’agence précise qu’il est même " demandé aux centres de répondre favorablement aux demandes des résidents belges frontaliers, à condition que cela ne nuise pas à l’accès à la vaccination des Français ".
Pour autant, la situation des Hauts-de-France reste marginale. Dans le sud de la France, la vaccination d’Italiens et d’Espagnols est très minoritaire, indiquent les associations de lutte contre le VIH.

Et à proximité de la frontière suisse, la situation est hétérogène. Comme la Suisse n’a pas encore accès à la vaccination contre la variole du singe, " certains sont allés se faire vacciner en France sans problèmes, mais d’autres se sont vu refuser la vaccination ", détaille Alexandra Calmy, infectiologue responsable de l’unité VIH des hôpitaux de Genève.

Bien que des réseaux de soins transfrontaliers existent –pendant l’épidémie de Covid, des patients français ont été accueillis dans les services intensifs en Suisse–, les Suisses ne disposent pas d’un accès simplifié à la vaccination en France.

Thomas, 32 ans, qui vit à Montreux, raconte à l’AFP avoir cherché un rendez-vous en France pendant deux semaines. Il a finalement trouvé, à Besançon (Doubs). " J’ai pris un jour de congé, je vais louer une voiture et faire 500 km ".

Situé à une heure de Genève, le centre de vaccination de Chambéry (Savoie) lui avait refusé un rendez-vous. " On ne prend que les gens qui résident en Savoie ou qui sont suivis ici ", explique à l’AFP Silvère Biavat, médecin de la structure.

Le site a dû refuser des résidents étrangers

Le site a été " submergé d’appels de Suisses ", et a dû refuser, faute de moyens, ces résidents étrangers, explique-t-il. " Les doses sont distribuées par l’ARS de manière départementale, les doses sont donc prévues en fonction de la population qui vit dans le département ".

Interrogée, la direction générale de la santé explique que " les sites de vaccination sont responsables de la manière dont ils gèrent leur patientèle ", et peuvent par conséquent accepter, ou pas, d’ouvrir la vaccination aux résidents étrangers.

Face aux refus de centres français voisins, Sergio, 41 ans, de Genève, a cherché encore plus loin: au Portugal, d’où il est originaire, aux Etats-Unis, avant de finalement trouver un rendez-vous à Londres.

" Pour un vol de dernière minute Genève-Londres, j’ai payé presque 600 euros ", explique-t-il. " C’est cher et c’est injuste car tout le monde ne peut pas le faire (…), mais tout le monde a peur " de cette maladie.

Face à cette situation inégalitaire, les associations et soignants interrogés par l’AFP, en France et en Europe, appellent à la mise en place d’accords diplomatiques pour permettre notamment le prêt de doses aux pays en manque.

Une inégalité face au nombre de vaccins

" Dans un monde globalisé, dans une Europe sans frontières, il n’est pas logique que des pays comme la France, l’Allemagne et les Pays-Bas disposent d’un grand nombre de vaccins ", alors que des pays comme l’Espagne, pays le plus touché par l’épidémie, ont seulement 17.000 doses, estime Toni Poveda, directeur de l’association espagnole de lutte contre le VIH Cesida.

" Les épidémies ne font pas grand cas des frontières. Ce qu’on souhaite, c’est avoir une réponse concertée au niveau européen, au sein de l’OMS et pas seulement de l’Union européenne car il faut inclure la Suisse ", poursuit Marc Dixneuf, directeur de l’association française AIDES.

" Jusqu’à présent, on n’avait pas été confrontés à cette difficulté: la Suisse ou la Belgique étaient des Etats qui répondaient aux épidémies de VIH et de Covid ", explique-t-il. " Mais là on est face à de très fortes inégalités, aussi bien entre les régions françaises (…) qu’au niveau européen ".

Les autorités françaises assurent que le sujet est actuellement discuté dans les instances européennes compétentes. Elles précisent être en contact avec la Belgique et la Suisse pour discuter de la " vaccination transfrontalière monkeypox " et de son financement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité