Un accès au chômage même en cas de démission ? Pieter Timmermans voit rouge

Invité ce mercredi sur DH Radio, le patron des patrons estime que les organismes régionaux chargés de la politique de l’emploi doivent être plus "stricts" envers les chômeurs.

Un accès au chômage même en cas de démission ? Pieter Timmermans voit rouge
@BELGAIMAGE

Écrire que Pieter Timmermans a mal accueilli l’idée du ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne, d’offrir un accès au chômage même en cas de démission est sans doute un euphémisme. Au micro de l’émission « Il faut qu’on parle », sur DH Radio, l’administrateur de la Fédération des entreprises de Belgique a ainsi donné un carton rouge à cette proposition.

D’après lui, la solution pour redynamiser le marché de l’emploi est ailleurs. «Il faut désormais gérer la crise de l’emploi comme la crise du coronavirus. Ça demande une gestion de crise et des actions sur le terrain ». Dans son viseur, le Forem, Actiris et le VDAB qui «doivent faire des efforts supplémentaires» dès aujourd’hui pour mettre en contact les demandeurs d’emploi et les emplois vacants.

« Partout, j’ai reçu des messages où on me disait qu’on ne trouvait pas de main-d’œuvre. Et donc, le but des mesures à prendre, c’est de parvenir à inciter ces demandeurs d’emploi vers les postes vacants. Et ensuite, quand les personnes veulent changer de métier, il faut les pousser davantage vers un poste vacant ».

Prônant plus de mobilité entre les régions, Pieter Timmermans estime ainsi que les trois organismes ne sont pas assez «stricts». Quitte à exclure les chômeurs qui refusent trop souvent les offres qui leur sont faites. « Quand un demandeur d’emploi refuse deux fois un poste qui se libère et qui ne demande pas de qualifications, il faut se poser des questions… »

Lançant un appel aux patrons pour les inviter à ne pas chercher « la perle rare », l’administrateur de la Fédération des entreprises de Belgique prévient: sans action de la part des autorités, certaines entreprises du pays pourraient chercher de la main d’œuvre à l’étranger ou délocaliser leur(s) activité(s).

Sur le même sujet
Plus d'actualité