Google Maps proposera bientôt aussi l’itinéraire le plus… durable

La nouvelle fonctionnalité sera lancée en 2022 en Europe.

Google Maps proposera bientôt aussi l’itinéraire le plus… durable
@BELGAIMAGE

Le service Google Maps, qui indique normalement à l’utilisateur l’itinéraire le plus rapide entre deux points, indiquera également bientôt l’itinéraire le plus durable. C’est-à-dire celui qui consomme le moins de carburant, compte tenu, entre autres, de la densité du trafic. Une nouveauté qui sera lancée en 2022 en Europe et qui fait partie des nombreuses initiatives prises par la société technologique américaine pour permettre à ses utilisateurs de faire des choix plus durables.

D’après le géant du Web, cela pourrait permettre d’économiser plus d’un million de tonnes d’émissions de carbone par an – l’équivalent du retrait de plus de 200.000 voitures de la route – et de faire économiser au consommateur de l’argent en réduisant la consommation de carburant. « Le changement climatique n’est plus une menace lointaine – il est de plus en plus local et personnel », a souligné Sundar Pichai, le patron d’Alphabet, la société-mère de Google. « Partout dans le monde, les incendies de forêt, les inondations et autres phénomènes météorologiques extrêmes continuent d’affecter notre santé, nos économies et notre avenir commun sur la planète », estime-t-il, appelant à des solutions urgentes et significatives.

Impact climatique

Si le géant américain du Web s’est déjà engagé à faire fonctionner ses centres de données, dont certains près de Mons, et ses campus 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 avec une énergie sans carbone d’ici 2030, il entend également influencer le comportement de ses utilisateurs. Cela via plusieurs nouvelles façons d’utiliser les produits Google pour faire des choix durables.

Lors des recherches sur la plateforme, l’attention sera ainsi plus que jamais portée sur l’impact climatique. Par exemple, lors de la réservation d’un billet d’avion, les émissions de CO2 du vol seront également affichées. Cela diffère non seulement entre les différents vols, mais aussi par exemple entre les sièges d’un même vol. « Un billet en classe affaires est toujours plus polluant car il prend plus de place », explique Stephanie Horton, de Google. En outre, des informations seront affichées, lorsqu’elles sont disponibles, sur les efforts des hôtels en matière de durabilité. Les adeptes du vélo ne sont pas oubliés. Avec une application mobile de navigation allégée (lite), les cyclistes pourront, dans les prochains mois, voir rapidement les détails importants de leur itinéraire sans avoir besoin de garder leur écran allumé ou d’accéder à la navigation virage par virage. Via Google Maps, ils pourront aussi trouver plus facilement des vélos et scooters en libre-service dans plus de 300 villes du monde.

A noter encore le projet de la société technologique de recourir à l’intelligence artificielle pour avoir des feux de circulation plus efficaces et ainsi rendre chaque trajet plus écologique, quel que soit le véhicule. Une recherche en ce sens a eu lieu en Israël, afin de prévoir les conditions de circulation et améliorer le moment où les feux de circulation changent. Jusqu’à présent, Google a constaté une réduction de 10 à 20% de la consommation de carburant et du temps d’attente aux intersections. Le projet-pilote sera bientôt étendu à Rio de Janeiro et des discussions sont en cours avec d’autres grandes villes ailleurs dans le monde. Enfin, lorsque les internautes iront sur son moteur de recherche avec des questions sur le changement climatique, Google affichera également des informations sur le sujet faisant autorité provenant de sources telles que les Nations unies.

Sur le même sujet
Plus d'actualité