Le duel : tensions pour une extension du Covid Safe Ticket partout à Bruxelles

Les contaminations augmentent et la vaccination stagne à Bruxelles. De quoi envisager l’application étendue du Covid Safe Ticket dans la capitale? Gros débat.

Le duel : tensions pour une extension du Covid Safe Ticket partout à Bruxelles
Vérification d’un pass sanitaire. (Crédit: Belga)

Les pour :

Bruxelles en rouge foncé

Si l’extension du Covid Safe Ticket, actuellement réservé aux événements de masse, est discutée à Bruxelles, c’est parce que le plus faible taux de vaccination de la capitale peine à freiner les nouvelles contaminations. Il s’étendrait à l’Horeca, l’événementiel ou les salles de sport, et pourrait débuter le 1er octobre. Mais cela doit encore être discuté avec les entités fédérées.

Annelies Verlinden

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) ne le cache pas, le pass sanitaire sera la règle s’il faut passer par là pour éviter les mesures plus drastiques. “Il faut absolument éviter de fermer à 100 % certains secteurs où les gens ne peuvent plus s’en sortir. Nous avons cet instrument mais nous devons le doser.

Alain Maron

Le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Écolo) s’est également exprimé en faveur d’une extension du pass sanitaire si la situation se dégradait “d’ici fin septembre”. “Cela dépendra de trois facteurs: les taux de vaccination par tranche d’âge, le taux d’infection et les hospitalisations.

France

Le gouvernement français avait, lui, déjà tranché durant l’été: le pass sanitaire est indispensable pour entrer (quasi) partout dans tout le pays. Et la vaccination est obligatoire pour certains corps de métier (personnel médical, pompiers…). Des décisions qui ont eu d’abord un effet de boost sur le taux de vaccination, avant de quelque peu stagner, alors que les centres de tests (autre moyen d’obtenir son pass) ne désemplissent pas.

Les contre :

Horeca bruxellois

La fédération bruxelloise de l’horeca ne veut pas entendre parler de traitement de défaveur pour la capitale. “Si demain, ce coronapass est uniquement valable à Bruxelles, tout le monde ira en boîte de nuit à Anvers, Liège, Namur ou ailleurs, mais nos établissements vont rester vides”, expliquait son administrateur Fabian Hermans à la RTBF ce week-end.

MR

Le MR a accueilli l’idée d’une extension bruxelloise avec peu d’enthousiasme. “Est-ce qu’on veut vraiment sortir l’arme nucléaire du pass sur l’ensemble du territoire parce que 12 communes n’ont pas le taux de vaccination suffisant et parce que le gouvernement bruxellois n’a pas fait ses devoirs de vacances?”, a lâché le président du MR bruxellois David Leisterh.

VLD

Les libéraux francophones sont suivis par Egbert Lachaert, président du VLD. “Il y a environ 600 personnes à l’hôpital. C’est beaucoup mais le système peut le supporter. Les infections sont en augmentation mais la plupart des gens ne finissent pas à l’hôpital. Tant que les vaccins fonctionnent contre les variants, nous ne devrions pas restreindre la liberté des citoyens.

Manifs anti

Samedi dernier, 1.500 personnes se sont rassemblées au Cinquantenaire, puis devant les locaux de la RTBF pour protester contre le pass sanitaire. Une contestation qui reste dérisoire face à la grosse centaine de milliers de manifestants hebdomadaires qui crient leur opposition en France.

Sur le même sujet
Plus d'actualité