Afghanistan: « La décision de Joe Biden était réfléchie mais une erreur a été commise »

Ce lundi dans Il faut qu'on parle, Maxime Binet recevait un spécialiste de l'histoire américaine, Serge Jaumain, pour décrypter l'impact de la situation afghane sur le président américain Joe Biden.

Serge Jaumain, spécialiste de l'histoire américaine. (DH Radio)

Les terribles événements qui se produisent actuellement en Afghanistan sont-ils en train de mettre en péril la présidence de Joe Biden ?

En tout cas, la période présente n’est pas favorable pour le président des Etats-Unis. « Il est passé sous la barre des 50% dans les sondages. Même si Trump a rarement été au-dessus, ses prédécesseurs l’ont eux été« , indique le professeur d’histoire contemporaine de l’ULB.

« Ce qui se passe en dehors des Etats-Unis n’intéresse pas l’Américain moyen« , précise Serge Jaumain. « Cependant énormément de soldats américains ont combattu en Afghanistan. Plus de 2.500 soldats sont morts, pas moins de 20.000 blessés, beaucoup se demandent maintenant pourquoi ils ont été combattre.« 

Les troupes américaines ont pour ultimatum la date du 31 août pour quitter le sol afghan. Certains reprochent au président Biden que la date choisie est trop proche. Selon Serge Jaumain, la décision a été mûrement réfléchie.

« Le président Biden est l’une des personnes les plus informées sur ce qui se déroule actuellement, sa décision était réfléchie. Cependant une erreur a été commise concernant la capacité de l’armée afghane à défendre Kaboul », explique-t-il.

L’armée américaine est présente depuis 20 ans en Afghanistan. Quel président est le plus responsable de la situation actuelle ? Selon le professeur, les responsabilités sont partagées.

« Aujourd’hui, Joe Biden endosse la responsabilité politique. Mais lors de son mandat, Trump a signé les accords de Doha, synonyme de capitulation en rase campagne. Il voulait également que les troupes américaines quittent le sol afghan », précise-t-il au micro de Maxime Binet avant d’éclaircir ces fameux accords. « Ce sont des accords qui ont été signés avec les Talibans qui renvoyaient les troupes américaines chez elles pour mai 2020. »

Une situation qui sonne comme un héritage de Donald Trump, même si Joe Biden adoptait une position semblable. Selon Serge Jaumain, plusieurs experts militaires auraient indiqué qu’un retrait au moment de l’hiver aurait été plus stratégique.

Pour ce qui est de la situation à Kaboul, Serge Jaumain constate l’inefficacité de l’occupation de 20 ans. « Kaboul est tombée sans le moindre combat. La débandade de l’armée afghane démontre l’échec des Américains à reconstruire un état afghan. »

Cependant, tout n’est pas à jeter dans le rôle qu’ont joué les forces présentes en Afghanistan. « Il y a toute une génération de la jeunesse afghane qui a pu se former », démarre Serge Jaumain. « Surtout pour les jeunes afghanes qui ont pu profiter de l’instruction à l’école ainsi que dans des universités ».

Le Brésil en péril

Pendant plusieurs décennies, le Brésil a subi une dictature. Et ce qui inquiète Serge Jaumain, ce sont les similitudes avec le président actuel, Jair Bolsonaro. « Il se réfère souvent à l’époque dictatoriale brésilienne. Il critique déjà les prochaines élections à venir, notamment les procédures de vote », explique le professeur.

Jair Bolsonaro remettrait déjà en cause les prochains résultats de ces élections. Une situation qui s’est produite aux Etats-Unis, avec le président Trump, dont Bolsonaro s’inspire fortement.

Plus d'actualité