Les talibans demandent aux travailleuses du secteur des soins de santé de reprendre le travail

Doctoresses, infirmières et aides-soignantes, entre autres, ont été rappelées à leur poste. Auparavant, les talibans avaient interdit aux femmes d'entreprendre des études.

Une technicienne orthopédiste examinant un enfant à Kaboul, fin juin. (Belga)

Deux semaines après sa prise de pouvoir en Afghanistan, le groupe islamiste ultraconservateur des talibans a appelé vendredi soir les travailleuses du secteur des soins de santé à reprendre le travail, alors que le porte-parole du nouveau régime taliban, Zabihullah Mujahid, avait déclaré plus tôt dans la semaine que toutes les femmes devaient désormais rester à la maison.

Le ministère de la Santé demande à présent au personnel féminin actif à Kaboul et dans les provinces afghanes de reprendre son poste, a écrit sur Twitter le même Zabihullah Mujahid.

L’annonce ne précise pas si la mesure se limite aux employées du secteur publique ou si celles travaillant dans le privé sont également concernées.

Au pouvoir entre 1996 et 2001, les talibans avaient interdit aux femmes de mener des études, mais également d’être traitées par des médecins masculins, restreignant ainsi grandement l’accès aux soins de ces dernières.

La question de savoir si les femmes pourront continuer à exercer un métier sous le régime fondamentaliste reste actuellement en suspens, alors que le porte-parole du nouveau gouvernement a annoncé qu’elles devraient désormais rester à la maison jusqu’à ce que de nouvelles règles soient édictées. Dans l’intervalle, elles percevront leur salaire, a ajouté Zabihullah Mujahid.

Seules quelques perspectives pour les travailleuses de la santé et de l’éducation ont été émises. Toutefois, les sages-femmes, par exemple, ne sont désormais plus autorisées à assister à des réunions en présence de médecins hommes, selon des informations provenant du nord du pays. Dans un autre domaine, des femmes journalistes ont été sommées par des talibans de rentrer chez elles.

De manière générale, les talibans plaident pour le respect des droits des femmes dans les limites de l’interprétation de l’islam portée par ceux-ci. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité