Rentrée scolaire : entre retour à la normale et nouveau casse-tête sanitaire

Malgré la vaccination, le virus n'a pas dit son dernier mot. La rentrée des classes sera un test important sur l'évolution de la pandémie.

Belga

Un retour à la normale, mais sous haute surveillance. Tel est le scénario de la rentrée scolaire. Car non, nous n’en avons pas encore fini avec le Covid ! Et la rentrée de septembre, comme toujours, est un foyer pour la propagation des virus, que ce soit le rhume, la grippe ou le SARS-Cov-2. La menace ? Le variant Delta qui est deux à trois fois plus contagieux que le virus originel et traverse de temps à autre les parois immunitaires offertes par les vaccins.

Les enfants risquent de représenter la moitié des cas Covid dès septembre. La raison est simple, les moins de 10 ans ne sont pas aptes à la vaccination et les 12-17 ans sont bien moins vaccinés que leurs aînés. Bref, « on peut s’attendre à une augmentation des hospitalisations chez l’enfant », comme l’a dit l’épidémiologiste Antoine Flahaut au Soir. Pas de panique, les enfants échappent aux formes graves du Covid, tout comme les personnes vaccinées. Pour autant, une augmentation de la propagation du virus est attendue. Encore. Cette rentrée scolaire se fera donc le plus normalement possible, mais sous haute surveillance.

Belga

Quelles mesures ?

Concrètement, les mesures prises seront différentes en Wallonie et à Bruxelles où la vaccination patine.

Dans l’enseignement fondamental : les mesures ne concernent que les enseignants et membres du personnel, pas les enfants. En Wallonie, les profs peuvent tomber le masque, au contraire de Bruxelles où celui-ci reste obligatoire en primaire. En maternelle, il ne devient obligatoire qu’entre adultes.

Dans l’enseignement secondaire : en Wallonie, profs et élèves peuvent tomber le masque, sauf lorsqu’ils sont en mouvement dans les couloirs. A contrario, à Bruxelles, rien ne change : masque obligatoire pour les adultes et les élèves.

Cette rentrée marque également le grand retour des excursions et voyages scolaires.

Dans l’enseignement supérieur : c’est le grand retour des cours en présentiel, alleluia ! Les auditoires pourront de nouveau être remplis, moyennant le port du masque pour les étudiants. Les profs, eux, peuvent s’en passer. Les bibliothèques pourront de nouveau, elles aussi, être prises d’assaut. Quant aux stages, activités culturelles et conférences, ils auront de nouveau lieu moyennant protocoles en vigueur. Les soirées étudiantes suivront les mêmes règles que l’horeca. Quant aux activités sportives, ce sera à la carte des Codeco.

Pass sanitaire, vaccibus dans les écoles, vaccination obligatoire des profs ?

Un retour à la normale ? Oui, mais pas tout à fait. Un premier rendez-vous pour faire point sur la situation aura lieu fin septembre. A partir de là, on adaptera si besoin. « Ces mesures feront l’objet d’une évaluation avec les experts sanitaires et les acteurs de l’enseignement avant cette échéance. Un des critères essentiels dans le cadre de cette évaluation sera l’évolution du taux de vaccination », a expliqué la ministre Caroline Désir. « La Fédération Wallonie-Bruxelles s’est d’ailleurs mise à la disposition des autorités compétentes en la matière pour offrir tout appui utile dans l’information des jeunes sur la vaccination ».

Plusieurs pistes sont déjà prêtes à être suivies : notamment celle de mettre des bus de vaccination à la sortie des écoles afin d’inciter les ados (et leurs parents) à se faire vacciner. D’autres font débat : un pass sanitaire pour entrer à l’école comme en Italie ? La vaccination obligatoire des professeurs ? Cela dépendra des chiffres de l’épidémie d’ici un mois.

 

 

Plus d'actualité