Il a plu pour la première fois au sommet du Groenland

Nouveau symptôme du dérèglement climatique. Des scientifiques ont observé de la pluie au point culminant du Groenland, à plus de trois kilomètres d'altitude.

- Reuters

C’est une première inquiétante. Samedi 14 août, de la pluie est tombée durant plusieurs heures au sommet le plus haut du Groenland, c’est-à-dire à 3.694 mètres d’altitude, a alerté la station Summit du National Snow & Ice Data Center. En cause : une chaleur record pour cette île de l’océan Arctique, où la température est restée au-dessus de 0°C pendant neuf heures d’affilée. Du jamais vu.

« Le Groenland, comme le reste du monde, est en train de changer », a déclaré au Washington Post Ted Scambos, chercheur au Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences de l’Université du Colorado. « Nous avons assisté à trois événements de fonte en une décennie – et avant 1990, cela se produisait environ une fois tous les 150 ans. Et maintenant les précipitations: dans une région où la pluie n’est jamais tombée. »

Cet épisode pluvieux était si inattendu que les scientifiques qui en ont été témoins n’avaient pas de jauges pour mesurer la quantité d’eau tombée, souligne The Guardian. Ils ont toutefois fourni une estimation: sept milliards de tonnes d’eau seraient tombées sur tout le territoire autonome danois.

Un accélérateur de fonte

Sans surprise, ces précipitations, liées à des températures anormalement élevées, ont provoqué un épisode de fonte massive de la calotte glaciaire, touchant des zones qui ne fondent habituellement pas, selon le NSIDC. Dimanche, la quantité de masse glaciaire perdue était même sept fois supérieure à la moyenne quotidienne pour cette période de l’année.

Mais ce phénomène exceptionnel présente également un autre impact, qui risque de faire des dégâts à plus long terme. L’eau de pluie va créer une couche de glace plus sombre, qui absorbera donc davantage d’énergie du soleil que la neige blanche. Cette couche de glace formera également une planche lisse, empêchant l’eau de fonte de s’infiltrer sous la surface, ce qui provoquera un ruissellement à des altitudes plus élevées. De quoi encore accélérer la fonte de la calotte glaciaire…

Vague de chaleur estivale

En juillet, une vague de chaleur au Groenland, avec des températures plus de dix degrés supérieures aux normales saisonnières, avait déjà provoqué une fonte importante de la calotte glaciaire groenlandaise. Cette dernière avait fondu d’environ 8 milliards de tonnes chaque jour, soit le double du rythme moyen lors de la période estivale. Assez pour recouvrir toute la surface de la Belgique de 25 centimètres d’eau.

Plus d'actualité