Un nouveau moustique exotique détecté en Belgique

Cet insecte représente une source modérée de préoccupations mais son arrivée en Belgique en dirait long sur les migrations de moustiques de par le monde.

Un Culiseta longiareolata sur l'eau @BelgaImage

Le moustique exotique Culiseta longiareolata a fait surface en Belgique. C’est ce qu’a annoncé l’Institut de médecine tropicale (ITG) d’Anvers vendredi, à l’occasion de la Journée mondiale du moustique (20 août). L’insecte ne présente aucun danger pour l’homme, mais peut être porteur d’agents pathogènes pour les oiseaux, comme le virus du Nil occidental.

La faute au changement climatique et à la mondialisation?

Le Culiseta longiareolata est d’ordinaire une espèce que l’on trouve entre les Açores et l’Asie centrale mais, au cours des dix dernières années, il est apparu de plus en plus fréquemment en Europe occidentale et centrale, notamment en Allemagne, en Autriche, en Slovénie, en Suisse et au Luxembourg. L’équipe de l’ITG qui surveille les espèces de moustiques exotiques via le projet MEMO l’a observé pour la première fois en Belgique entre 2017 et 2019.

Son arrivée n’est cependant pas surprenante. « La présence confirmée de Culiseta longiareolata en Belgique et aux Pays-Bas n’était pas inattendue« , explique Isra Deblauwe, entomologiste à l’ITG. « Ce moustique a une préférence pour les oiseaux. Le risque de piqûre de moustique est très faible et, par conséquent, le risque de transmission de maladies chez l’homme est également très bas« .

La présence du moustique peut être liée au changement climatique. L’augmentation des températures et le réchauffement des hivers favorisent la propagation des espèces exotiques de cet insecte et donc de leurs agents pathogènes. La mondialisation joue également un rôle. Selon l’étude, le trafic terrestre et aérien, l’importation de pneus de voitures usagés et de fleurs fraîches peuvent ainsi avoir joué un rôle dans l’arrivée du moustique en Belgique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité