Philippe Godin, bourgmestre de Pepinster: « La protection civile est arrivée avec un tel retard, qu’on s’est demandé si elle existait toujours »

Ce mardi 17 août, Philippe Godin était l'invité de Maxime Binet dans Il faut qu'on parle.

Philippe Godin @BelgaImage

Il faut qu’on parle était sur le terrain ce mardi matin aux côtés du bourgmestre de Pepinster, Philippe Godin. Plusieurs semaines après le drame des inondations, où en est la reconstruction de sa commune ? Les citoyens reçoivent-ils une aide suffisante face à l’ampleur de la catastrophe ?

« L’ensemble des rues ont été déblayées il y a plus de 15 jours déjà pour rendre le contexte plus encourageant pour les habitants, explique le bourgmestre. Les habitants peuvent tout doucement retourner dans leurs maisons, mais le gaz n’est pas disponible, ce qui est assez vitale. » Mais les citoyens ne baissent pas les bras. Les manches retroussées depuis un mois pour reconstruire leurs maisons, ils ne sont pas découragés d’après le bourgmestre « La solidarité à été immense ces derniers jours. De Flandre et de Wallonie, les gens sont venus de partout. Evidemment, le mouvement de solidarité va s’épuiser avec la fin des vacances mais le gros du travail a été réalisé. »

Philipe Godin s’était montré très critique envers les autorités du pays et envers la Croix Rouge, quelques jours après la catastrophe. « J’ai été particulièrement déçu par l’attitude de la Croix Rouge, répète le maïeur. Elle devait être sur le terrain dans les 24 à 48 heures et aller vers les citoyens pour les aider et évaluer leurs besoins. Ca n’a pas été le cas. Depuis mon coup de gueule pour expliquer qu’elle était aux abonnés absents, les choses évoluent positivement. »

Est-ce que la Belgique est assez armée pour faire face à de telles inondations ? « La protection civile est arrivée avec un retard tellement important, qu’on se demande si elle existait toujours. La protection est sous équipée à cause de coupes dans les budgets. Ils n’ont pas pu intervenir dans les 24 heures. On n’a pas vu grand monde. »

L’armée apporte maintenant son aide aux habitants. Pour reconstruire la Wallonie, il faudra selon la Région plus de 2 milliards d’euros. Et Pepinster, quand la commune va-t-elle redevenir comme avant ? « À Pepinster, il y a d’abord tout ce qui est à charge de la région wallonne : les routes, les berges. Et puis la commune va devoir assumer son rôle, qui est avant tout social. Si on parle de montants, on devrait se trouver largement au-dessus des 10 millions pour retrouver la commune de Pepinster comme elle était avant. Ce ne sera pas le cas avant 5 à 10 ans », annonce le bourgmestre.

Plus d'actualité