Scènes chaotiques à Kaboul [vidéos]

Terrifiés par la prise du pouvoir par les talibans, des milliers d'Afghans tentent de fuir le pays.

Des milliers d'Afghans tentent désespérément de fuir le pays à l'aéroport de Kaboul. - AFP

Kaboul est tombé. L’Afghanistan est désormais aux mains des insurgés après une offensive éclair et la fuite à l’étranger du président Ashraf Ghani. « Les talibans ont gagné », a-t-il concédé sur Facebook, assurant avoir quitté son pays pour éviter un « bain de sang ». Vingt ans après, les responsables de la destruction des Bouddhas de Bâmiyân et de l’instauration de la charia et de la burqa à leur dernier passage au pouvoir sont de retour. Ce qui fait souffler un vent de panique dans la capitale.

Livrés à eux-mêmes, les citoyens se sont précipités dimanche vers les banques, afin de retirer leur argent tant qu’il était encore temps. Les rues se sont progressivement remplies de véhicules chargés à ras bord tentant de quitter la ville, ou de se réfugier dans un quartier considéré comme plus sûr.

« Sécurisé » par les militaires américains renvoyés par Joe Biden, l’aéroport de Kaboul a été pris d’assaut par des milliers d’Afghans. Les images qui circulent sur les réseaux sociaux sont inquiétantes. Pris au piège et désespérés, les habitants courent sur le tarmac et essayent à tout prix de monter dans l’un des derniers avions disponibles. Face à ces scènes chaotiques, l’armée américaine a tiré en l’air lundi matin. Selon Reuters, il s’agissait d’empêcher des Afghans de monter à bord d’appareils destinés à évacuer les citoyens américains. « J’ai très peur. Ils tirent des coups de feu en l’air. J’ai vu une jeune fille être écrasée et tuée », a déclaré un témoin à l’AFP. Au moins cinq personnes seraient décédées dans ce chaos, selon un autre.

Face à cette situation ingérable, l’autorité aéroportuaire de Kaboul a annoncé ce lundi matin que tous les vols commerciaux au départ de l’aéroport de la ville étaient annulés. « S’il vous plaît, ne vous précipitez pas à l’aéroport », a-t-elle conseillé. Peu avant, 66 pays, parmi lesquels les Etats-Unis, avaient publié un communiqué appelant les talibans à laisser partir les citoyens afghans et les étrangers qui le souhaitent.

Plus d'actualité