L’Afghanistan aux mains des talibans (Photos)

Après le départ chaotique des forces américaines, le mouvement islamiste reprend le pouvoir à Kaboul. Ses valeurs rigoristes, surtout à l’égard des femmes, inquiètent la population, qui tente de fuir.

Talibans

Le pouvoir aux talibans

Le président Ashraf Ghani a fui le pays dimanche 15 août pour le Tadjikistan et a reconnu que les talibans avaient “gagné”. Il a justifié son départ par la volonté d’empêcher un “bain de sang” et la destruction de Kaboul. De leur côté, les talibans se sont emparés du palais présidentiel. Sur les réseaux sociaux, le cofondateur du mouvement islamiste, le mollah Abdul Ghani Baradar, a proclamé la victoire.

La fuite des Afghans (et des Américains)

belgaimage

Lundi, les Afghans étaient des milliers à tenter de fuir le pays via l’aéroport de Kaboul. Pour disperser la foule, les forces américaines sur place ont tiré en l’air. L’objectif était également, et surtout, de “sécuriser” l’aéroport où étaient présents le personnel de l’ambassade américaine dans l’attente d’être évacué. Plusieurs scènes de chaos, certaines mortelles, ont été rapportées.

L’origine du conflit

belgaimage

Les talibans ont récupéré le pouvoir après 21 ans de régime soutenu par les Américains et les Occidentaux. Le mouvement islamiste a gagné en importance à partir de 1994. Deux ans plus tard, il contrôlait Kaboul et tentait d’y imposer la charia par les armes et la politique. Leur progrès s’est arrêté après les attentats du 11 septembre, lorsque les États-Unis ont envahi le pays. Les talibans refusaient de livrer des dirigeants d’al-Qaida dont Oussama Ben Laden.

Une instabilité historique

belgaimage

L’histoire afghane est mouvementée… Le pays a été envahi par l’URSS et a connu une guerre de 9 ans contre les Soviétiques jusqu’en 1989. Il a aussi hébergé de nombreux dirigeants d’organisations terroristes dont al-Qaida et Daesh. En outre, le pays a dû faire face à plusieurs batailles de l’opium, dont les talibans se servent pour développer leur économie.

Le retrait américain

belgaimage

La prise de pouvoir par les talibans a débuté le 13 avril dernier lorsque Joe Biden a confirmé le retrait de l’armée américaine du pays. Or, Washington n’a jamais su réellement stabiliser le régime afghan. L’armée officielle n’avait pas les épaules pour protéger le pays. Les talibans en ont profité dès les premiers départs américains.

L’inquiétude des femmes

belga

Prise en 1984, soit avant la montée des talibans, la plus célèbre photo de Steve McCurry est devenue le symbole des réfugiées afghanes au fil des générations. Certaines rumeurs dont celle lancée par Sarkozy sont infondées (les talibans n’ont pas coupé les mains des petites filles qui portent du vernis) et les talibans ont promis aux femmes le droit de continuer à travailler et à circuler seules. Mais ces injonctions seront-elles respectées sur le terrain?

Renvoyer les migrants?

BelgaImage

Le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Sammy Mahdi a finalement décidé de suivre Berlin et La Haye même sans adopter de moratoire sur les expulsions de migrants afghans du territoire belge. Il a a déclaré qu’aucun demandeur d’asile afghan ne serait renvoyé de force dans son pays. “Nous devons veiller à ce que toute personne fuyant la guerre et les persécutions soit prise en charge et puisse trouver une protection où qu’elle se trouve.”

Sur le même sujet
Plus d'actualité