En attendons-nous trop de Remco Evenepoel ?

Après cette victoire au Tour du Danemark, Evenepoel prouve qu’il en a encore sous la pédale cette année. De quoi faire taire ceux qui le trouvent décevant ?

Remco Evenepoel à la fin de la troisième étape, qu'il a remportée. (AFP)

Remco Evenepoel vient de finir premier du Tour du Danemark ce samedi. Au matin, il était toujours en tête du classement après la 4e étape de vendredi, il ne restait plus qu’un contre la montre, qu’il a également gagné. C’est la 7e course à étapes remportée par le Belge.

Une belle récompense aussi après cette année 2021 en demi-teinte. En effet, beaucoup attendaient plus du Flamand. Mais peut-être que la Belgique, terre de cyclisme et habituée à avoir d’excellents coureurs, a trop vite voulu en faire son futur champion. Encore très jeune (21 ans), il a bien le temps de faire ses preuves.

Débuts prometteurs

Il faut dire qu’en catégorie junior, Remco a plus que brillé. En 2018, il a été champion de Belgique, d’Europe et du Monde, en course et en contre-la-montre, sans compter plusieurs autres belles victoires.

Sa première année avec les pros, en 2019 dans l’écurie Deceuninck — Quick Step, aurait pu être difficile à seulement 19 ans, mais son bilan était également excellent. En contre-la-montre, il est parvenu à décrocher le titre de champion d’Europe et a fini deuxième au Championnat du monde. Il a aussi participé à sa première Classique, celle de San Sebastian, qu’il a remportée.

On comprend que d’aucuns le voyaient déjà comme la prochaine star du cyclisme belge. Mais 2020 fut rude pour Remco. L’année avait pourtant bien commencé pour lui, avec des victoires dans 2 courses à étapes avant que la saison soit interrompue par la pandémie de Covid-19 et deux autres à la reprise.

Par contre, il a fait peur à tout le monde durant le Tour de Lombardie en août. Personne n’a oublié les images de sa chute après être entré en collision avec un muret. Le cycliste s’est retrouvé en contrebas de la route, dans un fossé, avec un bassin fracturé et une contusion au poumon. Certains imaginaient déjà le pire pour l’étoile montante du cyclisme, et sa carrière.

Le grand retour

Evenepoel a repris la compétition cette année, et pas n’importe comment, puisqu’il a participé à son premier grand tour, le Giro en mai. Dès les premières étapes, le Belge a brillé, se classant immédiatement dans le top 5, finissant même 2e à la fin de la première semaine. Mais les suivantes ont été plus rudes pour lui, particulièrement les étapes de montagne. Et lors de la 17e, le sort s’acharne. En descendant un col, il chute et passe au-dessus d’une barrière de sécurité, mettant fin à sa participation.

Il se retape et remonte en selle en juin pour plusieurs plus petites courses, gagnant notamment le Tour de Belgique. Il participe aussi aux championnats de Belgique, finissant deuxième du contre-la-montre, et termine 3e de la course en ligne.

Puis sont arrivés les Jeux olympiques de Tokyo. Avec Wout Van Aert également de la partie, beaucoup imaginaient le duo gagner au moins une médaille chacun. Et si Van Aert a remporté l’Argent en course, Evenepoel a fini 49e loin derrière, mais tout de même 9e en contre-la-montre.

Et voilà maintenant que le Tour du Danemark s’ajoute à son palmarès. Ce qui fait deux victoires en courses à étapes cette année, de beaux résultats en championnats de Belgique et en contre-la-montre aux JO.

La vie devant lui

Pour beaucoup, ce bilan n’est pas fameux et Remco Evenepoel déçoit en 2021. Car s’il n’y a aucune honte à avoir après de tels résultats, il y a peu de victoires, pas de titres et pas de médailles.

Après la course en ligne à Tokyo, le directeur sportif de la Deceuninck-Quick-Step ne croyait plus vraiment en lui pour la fin de saison. « Je crains que nous soyons réalistes. Il va devoir passer le reste de la saison à patauger. Nous allons essayer d’en tirer le meilleur parti, peut-être qu’il y aura une belle victoire après tout, mais après cela, nous ferons un redémarrage complet. En hiver, nous recommencerons et repartirons à zéro », a déclaré Patrick Lefevere.

Mais il faut aussi remettre les choses en contexte. Remco se remet de deux chutes, dont une particulièrement grave en 2020, mais il est déjà de retour. Il vient même de gagner une course à étapes, finissant premier d’une étape de route et d’un contre-la-montre. Ensuite, l’année n’est pas terminée. On le retrouvera encore au Tour du Benelux, qui démarre le 30 août, puis aux Championnats d’Europe, en septembre, où il concourra en course en ligne et contre-la-montre. Avec de bons résultats, il pourrait bien avoir un plus beau palmarès en 2021.

Enfin, il n’a pas encore eu l’occasion de faire ses preuves sur beaucoup de classiques et de grands tours. Il avait remporté la Classique de San Sebastian en 2019 et même s’il a mal fini, son Giro avait plutôt commencé sous les meilleurs auspices. Qui sait, c’est peut-être sur ces courses mythiques qu’il se révélera vraiment et enchaînera les victoires ?

Laissons donc le temps à Remco de montrer de quoi il est capable et rendez-vous en 2022, pour une année qu’on espère sans grave chute.

Plus d'actualité